Co-créer, pour quoi ? Justifications et imaginaires sociotechniques sous-tendant une nouvelle vague de participation publique en sciences et technologies

Hadrien Macq (Université de Liège) « Co-créer, pour quoi ? Justifications et imaginaires sociotechniques sous-tendant une nouvelle vague de participation publique en sciences et technologies » in GIS Démocratie et Participation, Actes des cinquièmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative, Tours, 12 et 13 janvier 2018, ISSN 2271-7994, URL : https://www.participation-et-democratie.fr/co-creer-pour-quoi-justifications-et-imaginaires-sociotechniques-sous-tendant-une-nouvelle-vague-de

 

TELECHARGER

 

Résumé :

Les dernières années ont vu une évolution notable des formes de participation publique dans les domaines liés aux sciences et aux technologies. En effet, les années 1970 à 2000 ont vu l’émergence de dispositifs participatifs, souvent empreints d’un idéal délibératif, visant à inclure une multiplicité de « publics » dans des processus de prise de décision. De nos jours, cependant, se développent un ensemble de pratiques d’inclusion de publics dans la production de savoir et d’innovation. Ces pratiques, regroupées sous le label de « co-création », sont fréquemment analysées dans la littérature scientifique sous l’angle de leur contribution à la production de savoirs valides, ou d’innovations plus acceptables, voire plus responsables. L’objectif de cette communication est de les analyser en tant que pratiques de participation publique, performatrices de constructions politiques. Cette communication analyse dès lors les justifications mises en avant par les autorités publiques pour appuyer la promotion des pratiques de co-création dans deux contextes socio-politiques : la Commission Européenne et la Région Wallonne. L’analyse des justifications permet de connecter ces pratiques aux espaces plus larges, notamment institutionnels, dans lesquelles elles sont promues et de les lier aux imaginaires dans lesquels elles s’inscrivent et qui témoignent d’une vision particulière de la relation entre science, technologie et société.

 

Actes des 5èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative

 

Abstract :

In the recent years, the formats of public participation in science and technology-related issues have profoundly changed. If, between 1970 and 2000, they were characterized by deliberative formats aiming at involving different publics in decision-making processes, nowadays a set of practices emerge that aim at including publics into knowledge and innovation-making processes. These practices, often called ‘co-creation’, are mainly analyzed in terms of their contribution to the production of valid knowledge or more responsible innovation. This communication seeks to analyze them as practices of public participation that perform political constructions. It therefore analyzes the justifications evoked by public authorities to promote co-creation practices within two socio-political contexts: the European Commission and the Walloon Region. The analysis of justifications allows for the connection between co-creation practices and the wider spaces, including institutional ones, in which they are promoted. It also allows to connect these practices to the imaginaries in which they take place and which reflect a particular vision of the relationship between science, technology and society.

 

Summaries of the 5th Graduate Student Days on Public Participation and Participatory Democracy