Théorie politique des mouvements du pouvoir en démocratie directe

   

Bonnaz François (PACTE, Université de Grenoble), « Théorie politique des mouvements du pouvoir en démocratie directe », in GIS Démocratie et Participation, Actes des 4èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative, Lille, 13 et 14 novembre 2015, ISSN 2271-7994,URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/2037/

 

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l’article

En partant de l’hypothèse selon laquelle la démocratie est continuellement en mouvement, nous nous proposons d’étudier les dynamiques du pouvoir qui composent ses évolutions permanentes. Notre volonté est de faire discuter quatre œuvres de quatre auteurs différents, à savoir, Thomas Hobbes, Jean-Jacques Rousseau, Montesquieu et Alexis de Tocqueville. Nous identifions quatre mouvements du pouvoir pouvant expliquer les variations de la démocratie dans chacun de leurs écrits : la concentration, l’égalisation, la dissolution et la disparition. Chaque dynamique du pouvoir a ses caractéristiques, ses cas pratiques, mais au-delà du mode descriptif, l’intérêt de notre réflexion réside dans la compréhension du continuum du pouvoir : comment passer d’un mouvement à un autre ? Comment cohabitent plusieurs mouvements dans un même fait démocratique ? Quel mouvement est souhaitable pour une démocratie directe « pure et parfaite » ? Quel mouvement peut mettre en danger l’équilibre démocratique ?

 Actes des 4èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative

 

  Bonnaz François, “Political Theory of the movements of the power in direct democracy”

 Abstract

Our hypothesis is : “democracy is in constant movement”, in relation to this idea we suggest to study the dynamics of the power in democracy. Our main goal is to discuss four philosophical works of four different authors: Thomas Hobbes, Jean-Jacques Rousseau, Montesquieu and Alexis de Tocqueville. We identify four movements of the power, which can explain the variations of the democracy in each of their papers: the concentration, the equalization, the dissolution and the disappearance. Every power’s dynamics have their own characteristics, their own practical cases, but beyond the descriptive mode, the interest of our reflection is to understand the continuum of the power. We want to understand how can we pass from a movement to an other one? How several movements can live in the same democratic fact? What movement is desirable for a direct democracy? What movement can put in danger the democratic balance? 

 Summaries of the 4th Graduate Student Days on Public Participation and Participatory Democracy