Théories et pratiques de l'émancipation : regards croisés

Séminaire 2016 Théories et pratiques de l'émancipation : regards croisés   Le séminaire a lieu un Jeudi par mois de 17h à 20h, de Janvier à Décembre 2016 à l’Université Paris-Diderot Bâtiment Olympe de Gouges, Salle M 019 8 Place Paul Ricoeur, Paris 13e M° Bibliothèque François Mitterrand Entrée libre

Programme

14 Janvier 2016 : Émancipation, environnement, écologie

  • Fabrice Flipo (philosophe, Institut Mines-Télécom/Paris 7), « Naturaliser pour émanciper ? Autour de l’écologie politique »
  • Jean-Michel Fourniau (sociologue, IFSTTAR), « La question de la convergence des luttes contre les "grands projets inutiles et imposés" »

4 Février 2016 : Émancipation et salariat

  • Michel Pigenet (historien, Université Paris 1), « Politiques populaires : un regard historien sur les voies et les modalités d’une émancipation “en actes” (France, xixe-xxe siècles) »
  • Bernard Friot (sociologue, Université Paris 10), « La sécurité sociale permet-elle l’affirmation d’un sujet révolutionnaire ? Réflexions sur un itinéraire de recherche »

3 Mars 2016 : Lecture, écriture et émancipation

  • Isabelle Matamoros (historienne, Université Lyon 2/Paris 5), « Genre, lecture et émancipation : parcours de lectrices dans la France du xixe siècle »
  • Bernard Pudal (politiste, Université Paris 10), « Le sujet communiste »

14 Avril 2016 : Émancipation, citoyenneté et classes populaires

  • Louis Hincker (historien, Université de Valenciennes), « Paris, 1848 : l’émancipation par les armes ? »
  • Marion Carrel (sociologue, Université Lille 3), « Empowerment et délibération sont-ils compatibles ? Les artisans de la participation, une activité professionnelle-militante en tension »

19 Mai 2016 : Émancipation et création

  • Maria Giovanna Musso (sociologue, Université La Sapienza Rome), « Le Sujet, l’émancipation et la dimension esthétique »
  • Nicolas Poirier (philosophe, Université Paris 10), « Monde instituant, monde institué : le romantisme à l’épreuve du public »

2 Juin 2016 : Jeunesse et émancipation

  • Ludivine Bantigny (historienne, Université de Rouen), « Engagements politiques : la jeunesse entre création et émancipation »
  • Gérard Mauger (sociologue, CNRS), « Sur les interprétations sociologiques des révoltes étudiantes de Mai-Juin 1968 : critiques et autocritique »

22 Septembre 2016 : Émancipation, colonialité et esclavage

  • Philippe Steiner (économiste, Université Paris 4) et Caroline Oudin-Bastide (historienne, CRLPC-CNRS), « Comment le calcul économique peut-il servir l’émancipation des esclaves ? »
  • Catherine Coquery-Vidrovitch (historienne, Université Paris 7), « Que signifie "s’émanciper de l’esclavage" ? Regards croisés Antilles/Afrique subsaharienne (xixe-xxe siècles) »

13 Octobre 2016 : Émancipation, marxisme et travail

  • François Vatin (sociologue, Université Paris 10), « Le salariat : dépendance et émancipation. Actualité de Marx »
  • Alexis Cukier (philosophe, Université Paris 10), « Émancipation et travail démocratique »

17 Novembre 2016 : L’émancipation en Amérique latine

  • Eugenia Palieraki (historienne, Université de Cergy-Pontoise), « Emancipation, réforme, révolution ? Penser le changement politique en Amérique latine, xixe-xxe siècles »
  • Marie-Laure Geoffray (politiste, Université Paris 3), « Quand l’émancipation est organisée depuis le haut : les cas des révolutions cubaine et sandiniste sur le temps long »

8 Décembre 2016 : Émancipation et espace public

  • Yves Sintomer (politiste, Université Paris 8), « L’espace public entre organisation et émancipation ? »
  • Alain Cottereau (historien, EHESS), « Publics intermédiaires et voies d’émancipation. Réflexions à partir de quelques cas »
 

Responsable du séminaire : Federico Tarragoni, Maître de conférences en sociologie (LCSP - Université Paris Diderot), Contact > federico.tarragoni@gmail.com

Présentation du séminaire

L’émancipation est un concept de plus en plus galvaudé dans les sciences sociales : sa présence croissante dans les manifestations scientifiques et dans le champ éditorial l’associe souvent aux pratiques de résistance des dominés, à la subversion des ordres normatifs, aux processus de subjectivation politique, à la construction d’un conflit perçant l’espace public. En raison de sa polysémie constitutive et de la multiplicité de ses usages, l’on peine toutefois à clarifier son assise empirique.

À ce problème de flou conceptuel, qui nécessiterait en soi une réflexion sur les frontières et les limites du concept, s’en ajoute un autre : la plupart du temps les analyses des processus d’émancipation sont étroitement imbriquées a  des théories préalables de l’émancipation ou a  des idéologies émancipatrices, a  leur tour supposant un engagement axiologique fort de la part du chercheur.

Cette articulation entre le positif, le normatif et l’idéologique est rarement questionnée dans les travaux sur l’émancipation. Le but de ce séminaire est d’inaugurer une réflexion interdisciplinaire et critique sur « ce que (s’)émanciper veut dire » en sciences sociales afin de,

  1. clarifier les frontières du concept, les problèmes posés par son usage, les écueils normatifs qu’il suppose ;
  2. penser les usages contemporains du concept en relation à son archéologie, dans les sciences sociales, la psychanalyse, la philosophie, l’art et la littérature ;
  3. réfléchir au positionnement axiologique du chercheur souhaitant objectiver des processus d’émancipation, entre une « impossible » neutralité et les écueils d’un engagement militant ;
  4. définir un protocole critique adapté à la saisie des processus émancipatoires.