Sociologie et démocratie

Le 27 novembre 1995, Pierre Bourdieu est invité à prononcer une conférence exceptionnelle par l’École des hautes études commerciales (HEC) de Paris. Le sociologue, alors à l’apogée de sa carrière, profite de cette tribune pour reprendre certains de ses concepts fondamentaux et pour livrer un plaidoyer en faveur d’une sociologie au service de la démocratie.

Mais quelles sont ces notions ? Comment s’est construite la pensée du sociologue et comment a-t-elle influencé la pensée intellectuelle de son temps ? Ce sont les questions, essentielles, auxquelles tente de répondre Maxime Quijoux, en s’appuyant sur les principaux ouvrages de Pierre Bourdieu et sur la conférence de 1995. Comment s’articulent le « capital culturel » et la « compétence politique » ? Quels sont les problèmes posés par la « tyrannie des experts » ou par le « piège démagogique », qui consiste à gouverner en s’appuyant sur une opinion publique facilement manipulable ? Il revient aussi sur le dévoilement des mécanismes de domination que permettrait la sociologie et sur la capacité de celle-ci à transformer la société.

Johanna Siméant-Germanos, quant à elle, donne à voir la modernité de la pensée de Pierre Bourdieu et met en avant les outils qu’il a construits pour rendre compte des bouleversements économiques, sociaux et politiques que nous traversons, et de leurs articulations. Elle nous rappelle la nécessité, aujourd’hui peut-être encore plus qu’hier, de faire appel aux sciences sociales pour défendre la démocratie.

 

 

Pierre Bourdieu (1930-2002) est considéré comme l’un des sociologues les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle. Du fait de son engagement public dans les dernières années de sa vie, il est devenu l’un des acteurs principaux de la vie intellectuelle française.

Maxime Quijoux est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (LISE) au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Il a dirigé l’ouvrage collectif Bourdieu et le travail (Presses universitaires de Rennes, 2015).

Johanna Siméant-Germanos est professeure de science politique au Centre Maurice-Halbwachs et à l’École normale supérieure (PSL) dont elle dirige le département de sciences sociales. Elle a reçu la médaille d’argent du CNRS qui distingue des chercheurs et des chercheuses pour l’originalité, la qualité et l’importance de leurs travaux sur le plan national et international.