Reclaiming Participatory Governance : Social Movements and the Reinvention of Democratic Innovation

(French below)

Résumé : 

Reclaiming Participatory Governance offers empirical and theoretical perspectives on how the relationship between social movements and state institutions is emerging and developing through new modes of participatory governance.

One of the most interesting political developments of the past decade has been the adoption by social movements of strategies seeking to change political institutions through participatory governance. These strategies have flourished in a variety of contexts, from anti-austerity and pro-social justice protests in Spain, to movements demanding climate transition and race equality in the UK and the USA, to constitutional reforms in Belgium and Iceland. The chief ambition and challenge of these new forms of participatory governance is to institutionalise the prefigurative politics and social justice values that inspired them in the first place, by mobilising the bureaucracy to respond to their claims for reforms and rights. The authors of this volume assess how participatory governance is being transformed and explore the impact of such changes, providing timely critical reflections on: the constraints imposed by cultural, economic and political power relations on these new empowered participatory spaces; the potential of this new "wave" of participatory democracy to reimagine the relationship between citizens and traditional institutions towards more radical democratic renewal; where and how these new democratisation efforts sit within the representative state; and how tensions between the different demands of lay citizens, organised civil society and public officials are being managed.

This book will be an important resource for students and academics in political science, public administration and social policy, as well as activists, practitioners and policymakers interested in supporting innovative engagement for deeper social transformation.

 

Reclaiming Participatory Governance présente des perspectives empiriques et théoriques sur la façon dont la relation entre les mouvements sociaux et les institutions étatiques se construit et se développe à travers de nouveaux modes de gouvernance participative.

L'une des évolutions politiques les plus intéressantes de la dernière décennie a été l'adoption par les mouvements sociaux de stratégies visant à modifier les institutions politiques par le biais d'une gouvernance participative. Ces stratégies ont fleuri dans des contextes variés, des manifestations contre l'austérité et en faveur de la justice sociale en Espagne, aux mouvements réclamant la transition climatique et l'égalité raciale au Royaume-Uni et aux États-Unis, en passant par les réformes constitutionnelles en Belgique et en Islande. La principale ambition et le principal défi de ces nouvelles formes de gouvernance participative sont d'institutionnaliser les politiques préfiguratives et les valeurs de justice sociale qui les ont inspirées en premier lieu, en mobilisant la bureaucratie pour qu'elle réponde à leurs demandes de réformes et de droits. Les auteur·rices de ce volume évaluent la transformation de la gouvernance participative et explorent l'impact de ces changements, en proposant des réflexions critiques opportunes sur : les contraintes imposées par les relations de pouvoir culturelles, économiques et politiques sur ces nouveaux espaces participatifs ; le potentiel de cette nouvelle "vague" de démocratie participative pour réimaginer la relation entre les citoyen·nes et les institutions traditionnelles vers un renouveau démocratique plus radical ; où et comment ces nouveaux efforts de démocratisation se situent au sein de l'État représentatif ; et comment les tensions entre les différentes demandes des citoyen·nes profanes, de la société civile organisée et des fonctionnaires sont gérées.

 

Les auteur·rices : 

Adrian Bua est maître de conférences en politique urbaine au département de politique et de relations internationales, et membre du Centre de recherche urbaine sur l'austérité, à l'université De Montfort, au Royaume-Uni. Ses derniers travaux portent sur la théorie démocratique, les études urbaines et l'économie politique.

Sonia Bussu est professeure associée en politique publique à INLOGOV, à l'université de Birmingham, au Royaume-Uni. Ses recherches et ses publications portent sur la gouvernance participative, la coproduction et la recherche participative.

 

Voir sur le site de l'éditeur