Participation : le paradoxe d’un dialogue à l’Autre

     

Patrick d’Aquino et Camille Richebourg (Green, Cirad), « Participation : le paradoxe d’un dialogue à l’Autre », in GIS Démocratie et Participation, Actes du Colloque “Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses”, Saint-Denis, 29-30 janvier 2015, ISSN en cours, URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1815

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l’article

Quelle que soit son acceptation, la participation vise un dialogue entre différents mondes (experts/profanes, entre disciplines scientifiques, entre acteurs locaux…), mais à partir d’un format de dialogue issu d’un seul de ces mondes, celui du concepteur de la démarche. Cette communication aborde les conséquences méthodologiques et théoriques d’une telle altérité, en montrant que la participation véhicule des opinions propres sur le sens à donner au dialogue et sur la démarche pour y parvenir. Ce constat n’est cependant pas considéré comme une preuve de l’inutilité de la participation. La communication souligne ainsi l’intérêt de réussir à mobiliser des cadres autres de connaissance, de laisser émerger d’autres formes de légitimation de la connaissance, et d’apprendre à traiter d’autres formes de dialogue que par un consensus qui appauvrit la diversité des points de vue et des connaissances. Autrement dit, apprendre à accepter différentes façons de percevoir, analyser, et s’entendre.

 

 Actes du Colloque “Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses”

 

  Patrick d’Aquino & Camille Richebourg (Green, Cirad), “Public participation: the paradox of a dialogue with the Other

 Abstract

  Participatory approaches, whatever their meaning, aim a dialogue between different worlds (experts/non-experts, between scientific disciplines, between local stakeholders…), but based on a dialogue frame derived from one of these worlds: the designer’s one. This communication addresses methodological and theoretical consequences of such an otherness. It is shown that participatory approaches carry their own view about what is the right aim for the dialogue and the right way to implement it. However, this situation does not drive the authors to conclude that participation is irrelevant. They highlight the needs to better mobilize a diversity of knowledge and dialogue frameworks. In other words, better learn to acknowledge different manners to perceive, analyze, and agree.

 

Abtracts of the Conference “Practitioners ans Researchers on Public Participation:Dangerous Liaisons and Fruitful Relations”