Pandémopolitique. Réinventer la santé en commun.

Présentation de l'éditeur :

« Nous n’avons pas eu à effectuer le terrible tri des malades » a-t-on pu entendre au printemps 2020. Mais en est-on si sûrs ?

Loin d’être un geste extraordinaire, le triage fait en réalité partie intégrante des champs de la médecine et de la santé. Seulement, la crise du SARS-CoV-2 a montré que le triage clinique n’était qu’une des dimensions et conséquences d’un triage systémique façonné par les politiques néolibérales et une technocratie sanitaire qui a, de longue date, négligé la santé publique.

L’essentiel n’est donc pas tant de savoir si nous trions ou pas que de choisir collectivement les modalités du triage et de définir démocratiquement les priorités de notre système de santé. Des expériences alternatives se rappellent à nous et dessinent des horizons différents, du renouveau de la santé communautaire aux potentialités des communs, en passant par l’émergence d’un triage écologique. La pandémie ouvre une brèche politique pour penser un autre triage, réinventer notre santé selon d’autres priorités : sociales, écologiques, démocratiques. La crise du SARS-CoV-2 est en cela bien plus qu’une crise sanitaire. Elle est un événement pandémopolitique.

 

Table des matières :

Introduction « Le fameux et terrible tri des malades »

I - Un triage des biens, des corps et des populations

1. Masques, tests et pénuries

  • Des bouts de tissu au cœur de la controverse
  • Gouverner la pénurie
  • Des choix politiques démasqués
  • Le renoncement contraint au « tester, tracer, isoler »
  • Levée de boucliers et mobilisations en faveur des tests

2. À l’hôpital, d’un triage à l’autre

  • Covidiser les services : un retour au pouvoir des soignants ?
  • De la rareté à l’efficience : triage économique et triage clinique
  • Le triage clinique avant la Covid‑19
  • Refus de soin ou transformation des pratiques médicales ?

3. La conjuration des inégaux

  • Territoires, Covid‑19 et inégalités de santé : emblématique Seine‑Saint‑Denis
  • Covid‑19, race et inégalités
  • Faire tourner la machine : genre et care
  • Double peine pour les personnes âgées
  • Les corps inutiles

II - Les habits neufs du triage systémique

4. Quoi de neuf sous le Ségur ?

  • Ruer dans les brancards, et brancards dans la rue
  • Le Ségur ou comment le néolibéralisme sanitaire se réinvente
  • Pandémopolitique
  • Quand on arrive en ville
  • Un problème de couverture ?

5. Une si faible santé publique

  • Utopie contrariée et victoire à la Pyrrhus
  • De la tuberculose aux maladies chroniques
  • Santé publique et préparation : le mirage sécuritaire
  • En Asie : du SARS‑CoV‑1 au SARS‑CoV‑2
  • Les plans Orsan régionaux : un exercice renforcé d’impréparation
  • Pénurie de savoirs

6. La nouvelle richesse des nations

  • Du « screening » au « marketing scientifique » : l’essor du capitalisme pharmaceutique
  • Tournant biotech et financiarisation : un nouveau régime d’accumulation
  • Les profiteurs de crise

7. Au miroir du global

  • La stratégie des soins de santé primaires et le triage politique des années « tiers monde »
  • Le tournant néolibéral et la mise à l’agenda global du triage économique

III - Un autre triage est possible

8. Les communs en santé

  • La fondation Gates, ou la philanthropie capitaliste
  • Communs
  • Le médicament en commun : des savoirs non propriétaires
  • La Mut’ ou l’horizon démocratique du soin

9. Santé communautaire

  • L’« empowerment » aux sources de la santé communautaire
  • Le retour des maisons où soigner autrement
  • Qui a peur de la santé communautaire ?
  • Démocratie sanitaire contre santé communautaire ?
  • Institutionnaliser les expériences de santé communautaire ?

10. Triage écologique

  • De la crise écologique comme source de pathologies…
  • … à la soutenabilité problématique du système de santé
  • Écologie, besoins et activités : une politique de l’essentiel ?
  • Prêter attention, prendre la mesure et redéfinir les priorités : vers un triage écologique en santé ?

Conclusion « Ceci n’est pas une pandémie »

Remerciements

 

Auteur-ice-s :

Jean-Paul Gaudillière, historien des sciences, est directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM).

Caroline Izambert est docteure de l’EHESS et travaille pour l’association de lutte contre le sida et les hépatites AIDES.

Pierre-André Juven est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Cermes3.

 

Voir le site de l'éditeur