Mobilisation des connaissances scientifiques et dispositifs participatifs

          LANDEL Pauline (2011), "Mobilisation des connaissances scientifiques et dispositifs participatifs", communication à la deuxième journée doctorale sur la participation du public et la démocratie participative, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 18 octobre 2011.

 

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l'article

  Cette communication traite du rôle des dispositifs participatifs pour la mobilisation des connaissances scientifiques dans l'action publique liée à la décision et au développement d'innovations technologiques. Le travail présenté s'appuie sur une analyse de la littérature et sur une étude de cas, celui de l'innovation des Techniques sans labour dans le domaine agricole. Il met en évidence les différentes doctrines qui co-existent sur le rôle du participatif dans le régime de connaissances, où sont mobilisés tour à tour les arguments de la « démocratie » et de l' « efficacité ». Les observations de terrain font ressortir l'évolution des fonctions assumées par l'État dans ce régime de connaissances lorsqu'il est confronté à de nouvelles controverses, et l'ambiguïté des attentes des différents acteurs à l'égard des dispositifs participatifs traitant d'enjeux scientifiques et technologiques. Elles montrent l'importance de tenir compte des enjeux propres à la mobilisation des connaissances pour l'analyse de ces dispositifs, en complément d'approches centrées sur les jeux d'acteurs. Au plan méthodologique, elles montrent l'intérêt de différencier les types de connaissances qui sont mobilisées, et de tenir compte de leur validité relative pour la décision et l'action (niveau de preuve, pertinence), afin d'analyser les rapports de force et les inégalités dans lesquelles sont insérés les acteurs du développement d'une innovation technologique.      

 Abstract 

  This paper deals with the role of participatory devices in using scientific evidence for public action facing technological innovations. The work presented here is based upon an analysis of the literature and a case study on the development of no-tillage techniques in agriculture.  It highlights the different doctrines on the role of participation in the regime of knowledge, and shows how arguments of "democracy" and "efficiency" are used alternatively in these doctrines. Field observations lead to conclusions on the transformation of the role of the State in the regime of knowledge when facing new controversies, and on the actors' ambiguous expectations as to the role of participatory devices when dealing with scientific and technological issues. These observations also demonstrate the importance of taking into account the problem of the use of evidence to analyse those devices, as a complement to analysis focused on the actors.  From a methodological point of view they  show the interest of analyzing different types of knowledge used in participatory processes and of taking into consideration their relative validity for action and decision (level of evidence, relevance), in order to unveil the powers and inequalities at stake in the development of a new technology.    

 

 

 

 Actes du Premier Congrès du GIS Démocratie & Participation