Les « Tables de Quartier » en France,
Entre offre de participation et organisation communautaire

   

Louis Jeremy (Mosaïques-LAVUE, Université Paris Ouest-Nanterre), « Les “Tables de Quartier” en France,
 entre offre de participation et organisation communautaire », in GIS Démocratie et Participation, Actes des 4èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative, Lille, 13 et 14 novembre 2015, ISSN 2271-7994, URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/2041/

 

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l’article

Les « Tables de Quartier » sont une expérimentation d’espaces citoyens mise en place depuis le début de l’année 2014 par la Fédération des Centres Sociaux de France. Douze associations de quartier portent localement ces espaces, dont l’objectif est de réunir les associations et les habitants mobilisés dans le quartier et de construire avec eux des actions collectives permettant de résoudre des enjeux locaux, que ces actions prennent la forme de revendications ou soient auto-organisées. Cette expérimentation n’est pas vraiment un dispositif institutionnel, malgré le fait qu’elle soit soutenue par l’État ; ce n’est pas non plus un mouvement social, même si elle se donne pour objectif d’interpeller les pouvoirs publics. Cette situation, à la frontière entre différentes approches de la démocratie locale et du « développement du pouvoir d’agir », constitue l’objet de la présente communication. Cette dernière se propose d’analyser la politisation des Tables de Quartier, au travers l’observation du contexte de mise en place de l’expérimentation, puis de ce qu’elle produit dans les quartiers où elle est lancée. Ces observations permettront de distinguer deux types de Tables de Quartier dans leur rapport au politique.

 Actes des 4èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative

 

  Louis Jeremy, “Between Social Movement and Social Stability : The ‘Tables de Quartier’ in France”

 Abstract

The “Tables de Quartier” are an experiment of local citizen organisations. It was set up by the “Fédération des centres sociaux de France” in the beginning of year 2014. The federation selected twelve local associations to build those organisations in their neighbourhoods. Their goal is to gather other associations and organized neighbours and to build with them collective actions in order to solve local issues ; those actions can make the form of claims to local power or self­organized solutions. This experiment is not really an institutionnal mechanism, even if it's supported by the government; nor it's a social movement, even if it can countain the goal of questionning (state) power. This situation, at the juncture between different approaches of local democracy and empowerment, is the object of this communication ; it's an analysis of the way those “Tables de Quartier” become politicised. By noticing the context of the experiment's launch, and the reality of what it has been producing locally, we'll be able to draw a dinstinction between two types of “Tables de Quartier”, that separate from each other by the way they relate to politics.  

 Summaries of the 4th Graduate Student Days on Public Participation and Participatory Democracy

 

pouvoir d'agir politique conflit dispositif association centre social