Les mobilisations pour l’eau potable : institutionnalisation et contre-institutionnalisation d’une régulation civique

   

Tindon Cécile (UMR GESTE, Strasbourg ), « Les mobilisations pour l’eau potable : institutionnalisation et contre-institutionnalisation d’une régulation civique ”, in GIS Démocratie et Participation, Actes des 4èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative, Lille, 13 et 14 novembre 2015, ISSN 2271-7994, URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/2014/

 

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l’article

La communication propose de s’intéresser à la mobilisation d’associations pour l’eau potable et à leur contribution à la régulation du secteur de l’eau. Constituées à partir des années 1990, suite à des augmentations de prix de l’eau et d’ « affaires de l’eau » dans un secteur considéré comme opaque, elles se sont impliquées dans l’organisation d’une participation des usagers à la gestion de l’eau. Intégrées dans des espaces de participation comme les Commissions Consultatives des Services Publics Locaux, les associations ont cependant remis en cause les rôles de représentants de consommateurs d’eau et la technicisation des débats, qui leur étaient proposés. Au contraire, revendiquant des statuts de « citoyens de l’eau » et une approche éclairée, vigilante et critique, elles ont préféré se constituer en contre-pouvoirs citoyens. Ces contre-pouvoirs, pour exister et se pérenniser dans des formes politiques et contestataires sont entrés en résistance aux diverses formes d’institutionnalisation de la participation et de la spécialisation. Les associations produisent, à travers un système de négociations, d’épreuves et de gardes fous, mais aussi grâce aux compétences et appétences des militants, les conditions d’une contre institutionnalisation d’une régulation civique du secteur de l’eau.  

 Actes des 4èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative

 

  Tindon Cécile, “Social mobilizations for water management: institutionnalization and resistances to institutionnalization towards civic regulation”

 Abstract

The communication treats of the mobilisation of associations for drinkable water and its contribution to the water regulation. Developped in the 1990’s because of important price raises and water cases, in a sector stated as secretive, they offered to participate in the water management. They became integrated in participative mechanism such as advisory commissions of local public utilities (CCSPL) but refused both the depolitised status of representants of water users, and high level debats. On the contrary, they stressed out an identity of « water citizens » as well as an enlightened, vigilant and critical approache in order to play a role of counter-power. These counter-powers, to exist and to be perpetuated as political and critical shapes, resisted to various forms of institutionnalization of participation and specialization. Thank to negociations, trials and safeguards as well as militant skills and experiences, those associations are producing an effective counter institutionnalization of a civic regulation in the water sector.  

 Summaries of the 4th Graduate Student Days on Public Participation and Participatory Democracy

 

citoyenneté consommation contre-institutionnalisation démocratie participative eau potable institutionnalisation mobilisations participation régulation représentation service public usager