Les expertises environnementales dans le débat participatif : une hybridation asymétrique

     

Véronique Van Tilbeurgh (Eso, Univ. Rennes 2), « Les expertises environnementales dans le débat participatif : une hybridation asymétrique », in GIS Démocratie et Participation, Actes du Colloque “Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses”, Saint-Denis, 29-30 janvier 2015, ISSN en cours, URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1818

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l’article

Depuis plusieurs décennies maintenant, de nombreuses régulations devant modifier l’impact des activités humaines sur l’environnement naturel sont négociées entre les acteurs publics et privés. Dans les débats créés par ces négociations, les acteurs mobilisent différentes expertises qu’elles soient scientifique ou produite par des professionnels ou des usagers. L’objectif de cette communication est d’analyser la façon par laquelle ces différentes formes d’expertise s’hybrident entre elles dans les accords. L’hypothèse est que cette hybridation reste conduite par le cadre cognitif des négociations qui oriente les possibilités de l’accord construisant des asymétries entre les expertises.

Ce travail repose sur l’observation de deux dispositifs de négociation, l’un concernant la création d’une aire protégée et l’autre devant élaborer des programmes de lutte contre une prolifération algale, en Bretagne. Les négociations observées ont montré que leur cadre cognitif accorde un rôle privilégié aux expertises scientifiques (proximité entre les textes juridiques et les connaissances scientifiques et connaissances scientifiques plus performatives dans un débat). L’hybridation avec les autres expertises est effectuée par leur traduction dans des notions compatibles avec les connaissances scientifiques. Toutefois, la supervision scientifique peut être contournée en sortant du cadre de la négociation.

 

 Actes du Colloque “Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses”

 

  Véronique Van Tilbeurgh (Eso, Univ. Rennes 2), "The environmental expertise in participatory debate: an asymmetric hybridization"

 Abstract

  For several decades, many regulations expected to modify the impact of human activities on natural environment have been negotiated between public and private actors. In the debates resulting from these negotiations, the actors mobilize different types of expertise, either scientific, professional or users' ones. The aim of this communication is to analyze the way by which these various expertise hybridize with each other. The hypothesis is that this hybridization is driven by the cognitive framework of negotiations that builds asymmetries between the different expertises and directs possibilities of agreement. Two types of negotiations, about the creation of a protected area and the construction of programs against algal proliferation, have been observed in Brittany. The cognitive framework of negotiations favours scientific expertise as legal and scientific frameworks share the same temporal references and as scientific knowledge is more performative in debates. The hybridization with the other expertises occurs through their translation in notions compatible with scientific knowledge. However, the scientific supervision can be by-passed by going out of negotiation.  

 

Abtracts of the Conference “Practitioners ans Researchers on Public Participation:Dangerous Liaisons and Fruitful Relations”