Les enjeux de l'Open Data dans le champ environnemental

 

Appel à communications pour un numéro thématique de la revue en ligne Netcom - Réseaux, Communication et Territoires, portant sur

 

 

"Les données environnementales en libre accès : politiques, expériences, usages"

 

Ce numéro thématique interrogera les enjeux de l'Open Data dans le champ environnemental, relatifs notamment aux politiques informationnelles des pouvoirs publics, aux usages des données "libérées", et à la dynamique des systèmes d'information sur l'environnement. La revue Netcom propose trois formats de soumission (article, note scientifique, note d'information), permettant plusieurs formes de participation à ce numéro en fonction de vos intérêts et/ou de l'avancée de vos recherches.

Editeurs invités

Pierre Gautreau, Université Paris 1, UMR PRODIG, Paris : pierre.gautreau@univ-paris1.frMatthieu Noucher, CNRS, UMR ADES, Bordeaux : m.noucher@ades.cnrs.frGabriela Merlinksy, Instituto Gino Germani, Université de Buenos Aires, Argentina : merlinsk@retina.ar

La problématique

L’ouverture des données (open data) qui vise à rendre disponibles et réutilisables des données publiques se diffuse à grande vitesse depuis que le champ politique se l’est approprié (Chignard, 2012). Les autorités publiques qui « libèrent » leur patrimoine de données prétendent d’une part favoriser la transparence institutionnelle par la mise à disposition des informations publiques brutes et d’autre part faciliter la participation citoyenne en veillant à la désintermédiation de la relation entre les autorités locales et les citoyens. Dans le domaine environnemental, ce processus rencontre une forte demande sociale d’information, liée à une exigence d’équité face au risque, donc d’accès à l’information, et à un intérêt grandissant pour les connaissances naturalistes partagées. La convergence de la numérisation des données, de la démocratisation des outils de leur gestion et de la multiplication des instances où se discute l’aménagement du territoire induit une circulation croissante des données environnementales : qu’elles soient support de cartographie pour organiser l’espace, éléments de prise de décision collective, mobilisées dans le cadre de controverses, réutilisées dans de multiples études d’impact, ces données sont mobilisée largement au-delà du cadre des communautés disciplinaires ou de métiers dans lequel elles ont été produites. Ce nouveau contexte de circulation de l’information environnementale et les enjeux qui y sont associés sont encore insuffisamment décris et compris. L’accès libre aux données fait désormais intégralement partie des politiques informationnelles des institutions en charge de la gestion de l’environnement : quels choix techniques et quelles stratégies mettent-elles en place dans ce domaine, dans quel but, avec quel succès ? Selon les grands champs thématiques (biodiversité, eau, risques, conservation, aménagement écologique du territoire…), les enjeux de la libération des données se déclinent différemment, tout comme les multiples expériences mises en place. C’est sans doute au-travers d’une analyse des usages de l’open data que les changements en cours peuvent être le mieux analysés. Connaître les usagers de ces données et les formes de cet usage doit permettre d’évaluer si les promesses d’empowerment citoyen portées par les tenants de l’accès libre se traduisent en processus ayant une incidence observable sur la gestion de l’environnement. L’impact de l’open data dans la diffusion de représentations sociales de l’environnement peut également être analysé au travers d’une approche par les usages. Par exemple, les effets systémiques d’une mise en ligne croissante de données géographiques numériques sur les représentations sociales ont jusqu’à présent été peu explorés. Pourtant, sous couvert d’une apparente immatérialité, l’information environnementale contenue dans ces portails de téléchargement de données est potentiellement riche de sens spatial et territorial. A ce titre, elle mérite que les sciences sociales, et notamment les géographes, lui prêtent attention. Plus largement enfin, l’open data environnemental modifie la dynamique des systèmes d’information sur l’environnement, de la production à la diffusion des données, en passant par la place qui est accordée à ce type de système dans le débat public et les choix de gestion de cet environnement. Que change Internet sur la façon dont on alimente en données un système d’information, que changent pour les institutions en charge de l’environnement le passage de systèmes fermés à des systèmes d’information ouverts, en quoi la possibilité pour les usagers d’interagir avec les gestionnaires de ces systèmes modifie-t-elle leur fonctionnement ou la place de l’institution qui en a la charge ?

Télécharger l'Appel à communications

 

Le calendrier

- 1er décembre 2012 : Appel à contribution. - 15 mars 2013 : Soumission des propositions. - 15 mai 2013 : Evaluation des propositions. - automne 2013: Publication du numéro.

Les instructions aux auteurs

Articles scientifiques, notes scientifiques et notes d’informations peuvent être publiés en français et/ou anglais. Les contributions sont à envoyer à : pierre.gautreau@univ paris1.fr et m.noucher@ades.cnrs.fr avec copie à bernard.corminboeuf@ums-riate.fr . Les modalités de mise en forme sont disponibles sur : http://www.netcom-journal.com/Netcom_Conseils_redaction.pdf