La politique de rénovation des quartiers défavorisés au Chili : quelle influence de la France et les États-Unis en termes du rôle de l'État et de la société civile ?

          ULRIKSEN Constanza M. (2011), "La politique de rénovation des quartiers défavorisés au Chili : quelle influence de la France et les États-Unis en termes du rôle de l'État et de la société civile ?", communication à la deuxième journée doctorale sur la participation du public et la démocratie participative, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 18 octobre 2011.

 

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l'article

  Dans les dernières décennies, une des priorités des gouvernements chiliens a été de réduire le déficit de logements. Il a eu des progrès significatifs, mais la qualité a atteint une crise. En conséquence, l'administration Bachelet (2006-2009) a crée la Nouvelle politique du logement et d'amélioration de la qualité et l'intégration sociale, y compris le premier programme de réhabilitation des quartiers défavorisés, Quiero mi Barrio, qui exige un nouveau rôle à la société civile : elle crée la figure du Conseil du quartier pour le développement (CVD). Dans ce contexte, quel est le rôle des organisations de la société civile (OSC) dans la réhabilitation des quartiers au Chili ? L'hypothèse est que la construction de ce rôle a une entrée double : top-down, ou venant de la politique publique ; et bottom-up, ou venant de la même société civile au niveau du quartier. Plus spécifiquement, nous nous intéressons à observer comment les modèles d'État français et américaine, qui sont très présents et en conflit permanent au Chili lors de la formulation des politiques publiques, affectent la formulation de cette politique urbaine et ses stratégies de participation. Dans une première étape d'étude, nous relevons le rôle des OSC à partir d'une approximation top-down : des informants clefs qui ont participé à la formulation de cette politique, nous transmettent leurs appréciations sur la participation, l'empowerment, l'influence des modèles étrangères en la construction de cette politique, ainsi que ses impressions autour la figure du CVD. Dans une deuxième étape d'étude à venir, nous relèverons le rôle des OSC à partir d'une approximation bottom-up : des études de cas de deux quartiers à Santiago, nous permettra d'observer quel est le rôle effectif des OSC dans la rénovation de quartiers, quelles sont les configurations de participation autour de la rénovation, et comment-elles interagissent.      

 Abstract 

  In the last decades, one of the Chilean governments' priorities has been to reduce the housing deficit. They have made major progress but the quality has reached a crisis level. As a result, Bachelet's administration (2006-2009) created the New housing policy to improve the quality and social integration, including the first neighborhood revitalization program ("Quiero mi Barrio"), which demands a new role for civil society: it creates the figure of the Neighborhood Council for Development. In this context, what is the role of civil society organizations (CSO) in the revitalization of disadvantaged neighborhoods in Chile? The assumption is that the construction of this role has a double entry: top down or from the public policy, and bottom-up, or from the civil society itself at the neighborhood level. Specifically, I am interested in observing how the French and American state models - which are very present and in constant conflict in Chile when formulating public policies - affect the formulation of this urban public policy and its participation strategies. In a first research's phase, I point out the role of CSO from a top-down approach: key informants who participated in the formulation of this urban policy, give their assessments in terms of participation, empowerment, the influence of foreign models in the construction of this policy, as well as his thoughts around the Neighborhood Council for Development. In a second research's phase to come, I will address the role of CSO but from a bottom-up approach: case studies of two neighborhoods in Santiago will allow me to observe the actual role of CSO in the revitalization, what are the configurations of participation around the revitalization of the neighborhoods intervened, and how they interact.

 

 

 

 Actes du Premier Congrès du GIS Démocratie & Participation