La participation s’observe-t-elle sans participer ? L’exemple d’une recherche sur l’habitat participatif

   

 

Camille Devaux (Lab’Urba), « La participation s’observe-t-elle sans participer ? L’exemple d’une recherche sur l’habitat participatif » in GIS Démocratie et Participation, Actes du Colloque “Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses”, Saint-Denis, 29-30 janvier 2015, ISSN en cours, URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1843

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l’article

À partir d’une expérience de terrain conduite dans le cadre d’une recherche de doctorat portant sur l’habitat participatif, cette communication interroge la posture du chercheur observateur d’une situation de participation. Nous postulons que les difficultés rencontrées par le chercheur observateur sur son terrain sont exacerbées par le caractère « participatif » des scènes observées. L’ambition d’extériorité du chercheur a en effet tout d’un vœu pieu : sa distance parait d’autant plus visible que les membres de la communauté observée revendiquent une place dans un domaine dont ils sont habituellement exclus, la production du logement dans notre cas. L’observateur ne peut faire comme s’il n’existait pas et doit toujours être attentif aux messages que lui adressent les observés afin de maintenir sa présence auprès d’eux. Plus encore, au cours de cette recherche, il a été nécessaire de « participer » à notre tour à l’activité de l’association observée. Or, cette participation, jugée nécessaire en situation, a eu des répercussions quant à notre accès à une autre scène, institutionnelle cette fois. Le chercheur-observateur est finalement un acteur de théâtre, soumis aux mêmes enjeux : choisir une pièce dont il saura maîtriser tous les ressorts, travailler la mise en scène tout en étant capable d’improviser lorsqu’un décor est défaillant, adapter parfois son costume, interagir constamment avec les autres acteurs et jouer un jeu qui ne lui portera pas préjudice dans sa relation ultérieure aux autres acteurs comme au public.

 

 Actes du Colloque “Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses”

 

  Camille Devaux (Lab’Urba), “Can public participation be observed without participate ? The example of a research project on participatory habitat

 Abstract

From a research on cohousing, the paper put into question the posture of a researcher who is observing a participatory process. It is based on the following hypothesis : difficulties encountered by the researcher observer are intensified by the “participative” function of the observed situation. Actually, the ambition of exteriority of the researcher cannot be more than an ambition. His distance can’t be hidden with regard to the members’ community claim : to be considered as actors of an area from which they are usually excluded, housing production in our case. So, the observer cannot consider that he is invisible He has to pay close attention to messages from the observed community. This is a condition to preserve his presence. More than that, to be involved directly in the association’s activities became gradually an obligation for the research. Unfortunately, this involvement blocked our access to another scene of the research, in which institutional actors were involved. The observer researcher shares with theater actors the same issues : he has to choose a controllable play, be able of improvisation in case of insufficient scenery, adapt his costume, be in perpetual interaction with others and play a role which will not harm him in his later relation to other actors and to the public.

 

Abtracts of the Conference “Practitioners and Researchers on Public Participation: Dangerous Liaisons and Fruitful Relations”