La mise en récit participative du passé migratoire local : le défi d’une mémoire partagée, entre projets urbains et mobilisations politiques

   

Chavanon Morane, « La mise en récit participative du passé migratoire local : le défi d’une mémoire partagée, entre projets urbains et mobilisations politiques », in GIS Démocratie et Participation, Actes des 3èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative, Bordeaux, 22-23 novembre 2013, ISSN 2271-7994, URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1623

 

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l'article

Depuis les années 2000, la notion de mémoire est devenue un enjeu du débat public. Elle s’est vue associée à la nécessité de revaloriser le passé de groupes sociaux perçus comme exclus du roman historique national, à commencer par les populations immigrées.

Progressivement, les collectivités locales se sont emparées de la thématique mémorielle et en ont fait une véritable ressource au cœur de politiques urbaines et de projets publics, mettant en scène la figure de l’habitant. Via une recherche en cours portant sur deux villes postindustrielles de Rhône-Alpes -Villeurbanne et Saint-Etienne- nous nous intéressons aux multiples stratégies des acteurs et aux usages politiques sous-tendant la mise en récit du passé local.

Entre façonnement d’une identité collective locale et volonté de revaloriser le territoire, la réhabilitation du volet migratoire et l’écriture publique de la mémoire urbaine, ont été intégrées aux politiques locales, et en particulier aux dispositifs participatifs. Des liens se sont ainsi tissés entre participation institutionnelle et mouvements sociaux autour du patrimoine et de l’immigration.

 

 Actes des 3èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative

 

  Chavanon Morane, “Participatory narrative of local immigration history: the challenge of a shared memory, between urban projects and social movements”

 Abstract

Since the 2000s, the notion of memory has become a public matter. It has been associated with an injunction to recognize the history of certain social groups considered as excluded from the historic national narrative, like immigrants.

Gradually, memory has been included in urban policies and public projects, with a particular attention to the figure of the resident. In our research on two postindustrial cities in the region of Rhône-Alpes -Villeurbanne and Saint-Etienne- we are interested in the strategies of the actors and the different political uses behind the narrative of the local past.

Between collective identity making and the will to develop the territory, the recognition of the contribution of immigrants to the urban memory has been integrated to local policies, and more particularly to politics of participatory democracy. Links have been created between institutional participation and social movements on the issues of collective heritage and immigration.

 

 Summaries of the 3rd Graduate Student Days on Public Participation and Participatory Democracy