L’appropriation des données publiques : quelles figures de l’usager ?

Dans le cadre du Projet TRAVIATA (Transparence, visualisation et open data) financé par l’Université Paris Est, les chercheurs du CEDITEC et du LISIS organisent une journée d’études sur le thème :

L’appropriation des données publiques : quelles figures de l’usager ?

Vendredi 13 novembre 2015, UPEM, Marne-La-Vallée - Bâtiment Copernic - Salle 4B05R (4e étage) Journée d’études coordonnée par Claire Oger (CEDITEC) et Sylvain Parasie (LISIS)

L’ouverture des données publiques rencontre aujourd’hui un intérêt de plus en plus large. Des parties croissantes de l’administration, du monde scientifique et de la société civile lui associent des effets positifs tantôt exprimés en termes de connaissance, de démocratie ou d’économie. Pourtant, une question demeure peu explorée : comment les différents acteurs se représentent-ils les usagers des données au-delà des figures abstraites du citoyen ou du consommateur ? Dans quelle mesure ces figures sont-elles remises en cause ou  confirmées par les usages réels de ces données ? En faisant intervenir des professionnels et des chercheurs, cette journée  d’études vise à explorer de quelle façon les institutions publiques se représentent les différents usages possibles des données qu’elles diffusent. En nous intéressant à plusieurs  domaines différents (santé, éducation, politique, criminalité, etc.), nous examinerons aussi de quelle façon ces figures de  l’usager des données sont mises à l’épreuve dans les usages.

Programme

Matinée (9 h 30 – 13 h) Modératrice : Caroline Ollivier-Yaniv (UPEC – CEDITEC)

Session 1 : De l’information de l’usager à l’open data — Jean-Marc Weller, sociologue au CNRS, LISIS « Les topiques de l’usager. Une brève histoire de l’accès documentaire et de ses problématisations » — Thomas Saint-Aubin, responsable du pôle stratégie de la DILA, services du Premier Ministre, et animateur de la communauté « Open Law, le droit ouvert » « Des réutilisateurs payants de données publiques juridiques à la communauté “Open Law, le droit ouvert” : vers des communs numériques dans le monde du droit » — Jacques-François Marchandise, cofondateur et directeur de la recherche et de la prospective de la FING « La culture de la donnée et ses promesses »

Session 2 : Ce que l’open data fait à l’action publique — Claire Oger, professeure en sciences de l’information et de la communication, Université Paris-Est Créteil, CEDITEC, « De l’administrateur général des données à “l’Etat ouvert” :  une reconfiguration de l’action publique ? » — Xavier Crouan, Directeur général adjoint de la Région Ile de France en charge de la Communication, « La communication à l'heure de la donnée et des algorithmes »

Après-midi (14 h – 16 h) Modérateur : Ashveen Peerbaye (UPEM – LISIS)

Session 3 : Se saisir des données : pratiques et dispositifs — Sarah Labelle, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 13, membre du LabSic - Labex ICCA, en délégation à l’ISCC - CNRS. « Médiations, culture des données et compétences : à la recherche des publics » — Dilara Trupia, doctorante en sociologie au LATTS, « La fabrique de l’open data dans le domaine du transport public » — Samuel Goëta, doctorant en sociologie à Telecom ParisTech, « Des données à la recherche de publics : les assemblages temporaires des concours de réutilisation de données ouvertes »