Faire participer les habitants ?

Faire participer les habitants ?

Citoyenneté et pouvoir d'agir dans les quartiers populaires

Marion Carrel

  ENS Éditions Coll. Gouvernement en question(s)

2013

276 p.

20 €

 

 Présentation

Veut-on vraiment que les habitants des quartiers populaires participent ? Deux analyses s'affrontent, en théorie comme en pratique, sur la participation des habitants aux politiques de la ville. La première pointe les dérives de « l'injonction participative », cette demande unilatérale et méprisante faite aux pauvres de se comporter en citoyens, sans leur donner la possibilité de débattre sur le fonctionnement des institutions. La seconde voit au contraire dans la participation un levier pour leur émancipation sociale et politique, et l’amélioration de l’action publique. Le croisement de plusieurs perspectives d’analyse et terrains d’enquête permet de dépasser cette vision binaire et de rendre compte de la manière dont les problèmes sociaux, économiques et urbains sont débattus dans l’espace public. L’ethnographie de la participation aide à mieux comprendre la manière dont les habitants prennent part, ou non, à la définition et à l’évaluation des politiques publiques qui les concernent. Cet ouvrage montre que l’apathie des habitants des quartiers d’habitat social n’est qu’apparente, ou plutôt qu’elle se développe dans des contextes d’interaction particuliers. Sous certaines conditions, au contraire, de nouvelles formes de contre-pouvoir, engendrées par l’activité délibérative des « artisans de la participation », émergent dans les milieux populaires.

Sommaire

Préface de Nina Eliasoph

Introduction

Une enquête sur les catégorisations de la participation Émancipation ou « comédie urbaine » ? L'apport de l'ethnographie Délibération et inégalités Publicisation des problèmes sociaux Une confrontation de perspectives et de terrains de recherche

Chapitre 1. Participer, pour quoi faire ? L’énigme du primat de l’«  injonction participative  » en France

Une participation impossible ? Les errements de la politique de la ville Des luttes urbaines à l’injonction participative Une impulsion davantage rhétorique que pratique : le cas de l’agglomération grenobloise Les quatre positions dans le débat sur la participation La participation inutile L’injonction participative La participation citoyenne L’empowerment Pauvreté, citoyenneté et politiques sociales : les ressorts de l’injonction participative Le contexte français peu propice à l’empowerment Le choix d’une sociologie pragmatiste ou le « choc de Hoogstraat »

Chapitre 2. Les obstacles à la participation : quand le public se révèle introuvable

Ethnographie d’une réunion publique « anti-publique » Le décor : une réunion sur le projet de rénovation urbaine « Pétages de plombs » et dignité de citoyen Malentendus et susceptibilités. Le degré zéro de la participation L’implicite de la reconquête urbaine Les conséquences de la non-participation à l’enquête Inégalités dans l’accès aux informations : la concertation faussée L’endossement du stigmate de « non-citoyen » D’un public passif à un public actif  ? Le cas de l’association des Trois rues Les éléments déclencheurs de l’action collective Gain de cause sur la plainte, ou comment couper court à la délibération Rétention d’information et mépris politique : l’étouffement du public

Chapitre 3. Retrouver le pouvoir d’agir via la délibération : l’exemple de la « qualification mutuelle »

Figures d’une impuissance citoyenne douloureuse Le déni de réalité de Raoul Colosimo, conducteur-receveur Le balancement entre rage et résignation de Lila Kerachi, demandeuse de logement social Un public intermédiaire permettant d’ouvrir un champ d’action possible Le souci de renverser les asymétries Le public intermédiaire, une confrontation en face-à-face de mondes distants La mise à l’épreuve de la réalité sociale Susciter le public par la coproduction d’une enquête Quand usagers et agents mènent l’enquête de concert La mise en récit, support de la délibération et de l’initiative Achat de la paix sociale ou accroissement du pouvoir des « usagers citoyens » ? Empowerment et amorce de politisation Les supérieurs hiérarchiques : agacement versus perspectives d’action La portée du public : l’importance de la commande et du pilotage

Chapitre 4. Les artisans de la participation : une forme d’empowerment des pauvres

Construire la participation, un artisanat. Présentation des six « artisans » étudiés Des professionnels-militants de la participation Animer un contre-pouvoir délibératif, le travail du facilitateur Une activité en tension : empowerment et délibération sont-ils compatibles ? Éduquer ou émanciper ? Le repoussoir de l’habitant professionnel (le spectre de la délégation) La démarche collective (le spectre de l’injonction participative) La dépendance au commanditaire (le spectre de la récupération) « Enfermés dans un bocal » ? Échelles et diffusion des expériences Les conditions de félicité de la participation dans les quartiers d’habitat social Volontarisme politique et clarification des objectifs Coproduction de l’enquête sociale dans la durée Animation et artefacts d’égalité Articulation avec les mouvements sociaux Lien avec la décision

Conclusion

Annexe méthodologique et sources Bibliographie
participation habitants pouvoir d'agir