Étude anthropologique de la concertation associée aux études épidémiologiques à l'InVS : l’exemple du site de stockage de déchets nucléaires de l'Aube

   

 

Christophe Perrey (InVS), « Etude anthropologique de la concertation associée aux études épidémiologiques à l'InVS : l’exemple du site de stockage de déchets nucléaires de l'Aube », in GIS Démocratie et Participation, Actes du Colloque “Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses”, Saint-Denis, 29-30 janvier 2015, ISSN en cours, URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1804

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l’article

Dans le cadre de ses interventions visant à évaluer l’impact sanitaire de sites potentiellement à risque pour la santé, le département santé environnement de l’InVS (DSE) met en place des dispositifs de concertation mobilisant différentes parties prenantes (riverains/association, agence de l’état, décideurs, industriels, élus). Il a été demandé à l’anthropologue d’analyser de manière rétrospective les relations entre ces acteurs dans le cadre de l’enquête de mortalité et d’incidence par cancer développée autour du centre de stockage de déchets radioactifs de faible et moyenne activité de l’Aube à Soulaines.

À partir de cet exemple, l’objectif de ce travail est d’analyser les effets de la posture d’anthropologue travaillant pour une agence sanitaire sur le savoir produit. La méthode employée est celle d’une analyse réflexive de pratique. L’appartenance à l’InVS a facilité l’accès au terrain même si elle a également suscité de la méfiance chez certains acteurs. Les propos ont été partiellement conditionnés par des attentes à l’égard de l’institution. Ils ont été cependant explicites  tant au niveau de la critique du dispositif  (communication défaillante avec longue période de silence et mauvaises conditions de restitution des résultats) que de la reconnaissance de ses points forts (création d’un véritable espace d’échanges avec questionnement et expression de désaccords). Même s’il existe une porosité entre les postures de chercheurs académiques et de praticiens/consultants travaillant dans le champ de la participation, l’anthropologue travaillant à l’InVS occupe une position intermédiaire. Il développe des études finalisées avec formulation de préconisations tout en les resituant dans un espace de débats théoriques.

 

 Actes du Colloque “Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses”

 

  Christophe Perrey (InVS), "Analyzing the participatory processes in environmental health studies conducted by the French Institute for Public Health Surveillance (InVS): the example of nuclear waste storage site at Soulaines"

 Abstract

As part of its operations to assess the health impact of potentially risky sites for health, the environmental health department of InVS sets up consultation mechanisms mobilizing various stakeholders (residents/association, state agency, decision-makers, companies, elected officials). The anthropologist was asked to analyse retrospectively the relationships between those stakeholders in the context of the investigation on mortality and cancer incidence, carried at the Aube low and medium radioactive waste disposal centre in Soulaine. From this example, the study aims to analyse the effects associated with, the posture of the anthropologist when working for a health agency. The method used a reflexive analysis of practice. InVS membership facilitated access to the field even if it also created suspicion among some stakeholders. The remarks were partially conditioned by other expectations from the institution. Nevertheless, they were explicit both in the criticism of the consultation mechanisms (communication failure with long period of silence and bad restitution conditions) and in the recognition of their strengths (creation of a genuine space for exchanges, allowing questioning and expression of disagreement). Although there exists porosity between academic researchers and practitioners/consultants working in the field of participation, the anthropologist working at InVS occupies an intermediate position. He develops finalized researchincluding recommendations, while placing it in the context of theoretical debates.

 

Abtracts of the Conference “Practitioners ans Researchers on Public Participation:Dangerous Liaisons and Fruitful Relations”