Donner la parole aux pauvres : un moyen non paternaliste de combattre la pauvreté ?

   

Pitasse Fragoso Katarina (Chaire Hoover d’éthique économie et sociale, Université catholique de Louvain (UCL)), « Donner la parole aux pauvres : un moyen non paternaliste de combattre la pauvreté ? », in GIS Démocratie et Participation, Actes des 4èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative, Lille, 13 et 14 novembre 2015, ISSN 2271-7994, URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/2043/

 

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l’article

Ce texte vise à défendre une approche non-conditionnelle et participative de la lutte contre la pauvreté. Pour commencer, nous prendrons en exemple le programme brésilien Bolsa Família pour montrer les faiblesses, à la lumière d’une conception multidimensionnelle de la pauvreté, d’un programme d’assistance conditionnelle. Un programme d’assistance non-conditionnelle tel que GiveDirectly au Kenya semble éviter ces difficultés. Toutefois, ce type de programme non-conditionnel peut prendre plusieurs formes, et un examen minutieux nous permet de constater que sa variante libérale se bute aux mêmes difficultés – dans une moindre mesure – que l’assistance conditionnelle. Nous présenterons donc la version participative de l’assistance inconditionnelle comme la seule alternative capable de s’attaquer légitimement aux multiples dimensions de la pauvreté.

 Actes des 4èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative

 

  Pitasse Fragoso Katarina, “Involving the poor: a non-paternalistic way of fighting poverty”

 Abstract

This paper aims at defending a non-conditional and participative policy in fighting poverty. To develop this idea, I will first distinguish conditional and non-conditional transfer policies on the base of two practical cases, respectively the Bolsa Família program in Brazil, and GiveDirectly in Kenya, exploring their strengths and weaknesses in the light of a multidimensional conception of poverty. I will then consider and contrast two unconditional ways of giving the poor their due, the liberal and the participative. Finally, we will put forward arguments against the conditionality of assistance, thus tackling poverty in its multiple dimensions in a more legitimate way, which is by enabling the poor’s participation in the elaboration of the programs in question.

 Summaries of the 4th Graduate Student Days on Public Participation and Participatory Democracy

 

pauvreté paternalisme conditionnalité participation