Concertation et reconnaissance du « local » à l’aune des inégalités environnementales. La création du Parc national des Calanques

          DELDRÈVE Valérie (2011), "Concertation et reconnaissance du « local »  à l’aune des inégalités environnementales. La création du Parc national des Calanques", communication à la Journée d'études sur les effets de la participation, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris, 21 octobre 2011.

 

 

Télécharger

 Télécharger

   

 Résumé de l'article

  Cette communication interroge l'évolution de l'action publique environnementale et plus spécifiquement le processus de reconnaissance des usagers locaux dans la création d'aires protégées. En effet, l'impératif de concertation consacre l'engagement de ces usagers au profit des patrimoines naturel, culturel et paysager et tire leçon des conflits qui marquent l'existence des parcs nationaux de première génération (Loi de 1960). La reconnaissance des droits et savoirs autochtones, de leur rôle dans la protection du milieu naturel répond à des préoccupations en termes d'efficacité environnementale et de justice sociale. Pourtant elle produit également des effets contraires, qui se sont illustrés lors de la concertation mise en œuvre pour créer le Parc national des Calanques, premier en Métropole depuis la nouvelle loi sur les parcs de 2006. A l'issue de cette concertation, la proposition de charte a été invalidée par le Conseil national de protection de la nature. Nous avons montré par ailleurs qu'elle tendait à légitimer des formes d'inégalités environnementales. Afin d'expliciter ces effets, nous analysons ici la concertation observée in situ dans ses relations de dépendance à l'espace public autonome, structuré depuis 20 ans autour de la protection des Calanques, et à un pouvoir local divisé.      

 Abstract 

  This communication questions the environmental public policy changes and more specifically the recognition process of the local users in creating protected areas. Indeed, the dialogue priority establishes the users commitments on behalf of natural, cultural and landscaped heritages. It learns also from conflicts which characterize the first generation national parks genesis (Law of 1960). The recognition of the rights and the indigenous knowledge and  their role in the natural environment conservation respond to concerns in terms of environmental efficiency and social justice. Nevertheless it also produces opposite effects, which were observed during the dialogue implemented to create the National park of Creeks, the first one metropolitan since the new law on the parks of 2006. At the close of this dialogue, the proposed charter was invalidated by the National Council for Nature Conservation. We showed besides that this project tended to legitimize forms of environmental inequalities (Deldrève, Deboudt, coord. 2011). In order to clarify these effects, we analyze here the dialogue observed in situ, in its dependent relationships with both the autonomous public sphere, structured for 20 years by the Creeks conservation process, and divided local power.    

 

 

 

 Actes du Premier Congrès du GIS Démocratie & Participation