Associations et autres formes d’engagement : des acteurs du développement des quartiers à soutenir

*Les « tisseurs de confiance » : un levier pour les quartiers.* Le rôle des structures associatives et des personnes engagées dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville est souligné à la fois par les habitants et les institutions. Ces personnes et associations ont un contact privilégié avec les habitants, elles créent des liens de confiance indispensables au vivre ensemble et jouent souvent un rôle d’intermédiaire avec les services publics ; leur présence au quotidien dans le quartier permet un accompagnement des familles sur le long terme, dans tous les domaines (scolarité, santé, logement et bien d’autres) ; elles facilitent l’accès aux institutions, tissent des liens… *Des engagements en difficulté* Les enquêtes menées par France Bénévolat montrent une progression depuis 20 ans du pourcentage de citoyens qui s’engagent en donnant de leur temps gratuitement pour les autres ou pour une cause. Toutefois, les formes de cet engagement évoluent : il se fait plus ponctuel et moins formel. Les structures qui accompagnent les associations locales soulignent les difficultés qu’elles rencontrent pour renouveler les dirigeants associatifs et faire participer les bénévoles à la vie de l’association. Dans le même temps, la gouvernance associative traditionnelle est questionnée : des collectifs se développent, réunissant des personnes actives sur le terrain mais ne se retrouvant pas dans la structure associative (fonctionnement en bureau, conseil d’administration, assemblée générale). Des associations fonctionnent de manière collégiale, cherchent à impliquer d’avantage les bénévoles, questionnent la place laissée aux « bénéficiaires », associent les salariés à certaines prises de décision. Par ailleurs, dans un contexte de crise économique et de restrictions budgétaires, les associations subissent de plein fouet les ajustements des politiques publiques. Les associations locales, qui interviennent au quotidien dans les quartiers de la politique de la ville, faute d’une assise financière suffisante, sont les plus fragilisées par les transformations institutionnelles et par le durcissement des procédures d’attribution des crédits publics. Au point que certaines se tournent vers le secteur privé (entreprises, fondations…) pour trouver des subsides. *Comment soutenir les acteurs de terrain ?* Comment les habitants, les bénévoles, les acteurs engagés dans les quartiers font-ils face à cesévolutions ? De quoi ont-ils besoin pour faciliter leur action ? Quels dispositifs sont mis en place pour les accompagner à donner un nouvel élan à l’initiative locale ? Et au-delà, comment les acteurs de la politique de la ville peuvent-ils soutenir de nouvelles formes d’engagement et d’actions qui passent davantage par des collectifs informels et par la mise en réseau entre les acteurs ? *Associations et autres formes d’engagement : des acteurs du développement des quartiers à soutenir* 9 h 00 *Accueil café* *Tisser la confiance dans les quartiers populaires : un engagement ignoré, un défi politique* Nombre de personnes et de collectifs agissent dans les quartiers contres les préjugés et l’immobilisme : chaque jour, ils abattent des murs, facilitent le passage entre le quartier et le « dehors », ouvrent de nouveaux possibles. Sur quelles ressources s’appuient-ils ? Comment les soutenir dans leur rôle de « passeurs d’avenir » ? /*Catherine Foret, *//sociologue, rédactrice de l’ouvrage « Tisser la confiance »./ *Les liens entre les formes d’engagement et les politiques publiques * Quelles évolutions des formes d’engagement observe-t-on ? Quel rôle jouent les politiques publiques dans ces évolutions ? Quels autres facteurs permettent de les comprendre ? ///*Dan Ferrand-Bechmann*//, sociologue, professeure émérite à l’université Paris 8./ *Et sur le terrain * Comment pérenniser son action au milieu de ces évolutions ? Quelles difficultés cela pose à l’association ? Que lui apportent les dispositifs d’accompagnement ?/**/ /*Marianne Bureau,*//directrice de l’association Jade//**//(Jeunes action dialogue entreprises), La Courneuve./ 12 h 30 Repas sur place 14 h 00 *Comment accompagner l’engagement dans ces nouvelles dimensions ? * *La fabrique des initiatives citoyennes : une ressource pour les collectifs* ///*Collectif Familles solidaires *//(sous réserve)/ /*Roman Orinowski*//, chargé de projets à la Fédération des centres sociaux de Seine-Saint-Denis. / // *C-Napse, animer un lieu de rencontres entre des initiatives et des ressources. * ///*Nicolas Langlais, *//directeur de l’association « développement social urbain », Boulogne-sur-Mer./ // //*Les politiques publiques d’accompagnement aux différentes formes d’engagement à Saint-Denis. * ///*Élodie Frisot, *//responsable du service//**//vie associative//**//et//**/ /*Salima Harbi*//, cheffe de projet politique de la ville, ville de Saint-Denis./ /**/ //*Favoriser l’engagement des jeunes* /*Cédric Baccara*/, /responsable du centre de ressources et de développement de la vie associative, Ligue de l’enseignement –Fol 93./ *Échange avec la salle et débat animé par le Collectif des associations citoyennes* 16 h 30 *Fin des travaux*