s__minaire Séminaire

Séminaire du GRETS : Politiques éoliennes et paysage

Du 17 mai 2011 au 17 mai 2011
De 9:30 à 12:30
Type
Séminaire
MSH, 190 avenue de France, Paris (13°)
 

 Séminaire du GRETS

 

  Groupe de Recherche Environnement, Technique, Société
  Unité de Recherche d'EDF Recherche et Développement

 
 
Mardi 17 mai 2011 de 9h30 à 12h30
Maison des Sciences de l'Homme
190 avenue de France - Paris 13ème
Salle du Conseil A
 


Conférenciers invités :
Alain Nadaï (CIRED)
Olivier Labussière (PACTE, Université de Grenoble)
 
 
Séance introduite par  Arthur Jobert (EDF R&D)
 

 

 Politiques éoliennes et paysage :
Une comparaison internationale

 
Bien que débattus, les scénarios tendanciels et d’adaptation à la donne du changement climatique traduisent la nécessité d’une transition énergétique. Selon Alain Nadaï et Oliver Labussière, compte-tenu de son amplitude (production énergétique, bâtiment, transports,…), cette transition énergétique ne peut être uniquement quantitative. Elle interroge notre capacité à générer des modèles énergétiques soutenables du point de vue de l’équité, de l’impact sur l’environnement et de leur mise en politique. Elle appelle une réflexion quant aux politiques énergétiques à même d’accompagner ces recompositions de nos sociétés.

Les grands programmes et les politiques énergétiques "sectorielles" d’offre d’énergie ont certes un rôle à jouer dans cette transition mais ils présentent aussi certaines limites. Leur cadrage sectoriel (éolien, solaire,…) s’articule difficilement aux initiatives et aux potentiels locaux ; leur dimensionnement industriel et capitalistique suscite des oppositions locales, comme par exemple dans le cas de l’éolien. Des résultats récents suggèrent que le succès de ces politiques dépend de leur capacité à s’ouvrir à une multiplicité d’acteurs et à faire du territoire un élément de portage de la transition énergétique. Dans ce contexte, le paysage constitue un enjeu important, encore peu abordé dans les analyses. Les nouvelles technologies de l’énergie (e.g. éolien, solaire, bioénergies) induisent pourtant de profondes modifications dans la manière dont nos paysages sont agencés, perçus et vécus.

La présentation explorera ces enjeux à partir des résultats d’un programme de recherche comparant la mise en oeuvre des politiques éoliennes en Allemagne, en France et au Portugal - coordonné par le CIRED de 2005 à 2010, en collaboration avec des équipes d’anthropologues de l’Université de Brême et de l’Université Nouvelle de Lisbonne. Alain Nadaï et Oliver Labussière s’intéresseront, dans un premier temps, au développement d’un projet éolien contesté et conflictuel en Seine-et-Marne, au travers duquel ils discuteront la pratique de protection du paysage en France. Dans un second temps, ils mettront ces éléments en perspective, en comparant les politiques et le développement éolien dans les trois pays en question.

Des oppositions violentes à l’éolien se sont développées dans certains villages de Seine-et-Marne, allant jusqu’à déstructurer les liens sociaux (rupture de liens familiaux, déstructuration de la vie associative, violences physiques, atteintes aux biens …). L’analyse portera sur l’émergence et la structuration d’un réseau d’opposants à un projet éolien dans un village. Elle montrera comment l’éolien, du fait de son portage économique et d’un accompagnement institutionnel qui échoue à soutenir la construction d’une dimension partagée pour les projets éoliens au niveau local, est associé à une critique de la politique énergétique. A partir des enjeux de paysages qui sont au coeur de ce cas d’étude, les intervenants exploreront le rôle de ce qu’ils définissent comme un "paysage d’Etat", compris comme une forme d’objectivation institutionnelle du paysage, fondée sur une logique de patrimonialisation, une primauté du visuel et une géométrisation de l’espace (zonages, co-visibilités). Ils décriront les modalités selon lesquelles l’éolien suscite une désagrégation du lien entre sphère privée et sphère publique qui constituait le ciment de la vie villageoise et de la pratique politique locale.

Ces éléments seront mis en perspective en comparant les politiques et le développement éolien dans trois pays européens – France, Allemagne et Portugal – qui ont tous adopté le tarif d’achat pour soutenir le développement de l’énergie éolienne. L’analyse mettra en avant le rôle des pratiques paysagères locales dans l’émergence de réseaux sociaux intéressés à porter le développement éolien et distinguera trois configurations de transition énergétique à partir de cette comparaison : l’actualisation (la continuité à partir de l’existant) en Allemagne ; la recherche d’un ré-équilibrage entre les niveaux local et national au Portugal ; l’enjeu d’une double décentralisation énergétique et paysagère en France, passant le plus souvent par la mise en échec des formes de gestion existantes.

Bibliographie

Nadaï A. & Labussière O. (2010), "Birds, turbines and the making of wind power landscape in South France (Aude)", Landscape Research, n°35/2, pp.209-233.
Nadaï Alain (2009), "Innovative Wind Power Planning", Planning Theory & Practice, n°10/4, pp.543-547.
Nadaï A. & Labussière O. (2009), "Wind Power Planning in France (Aveyron): From State Regulation to Local Experimentation", Land Use Policy, n°26/3, pp.744-754.
Nadaï A. (2007), "Planning, Siting and the Local Acceptance of Wind Power: Some Lessons from the French Case", Energy Policy, n°35, pp.2715–2726.

 

 
L'entrée des séminaires est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.
 
 
Groupes: