repertoire Répertoire

Les origines sociologiques de l’association de la participation citoyenne à l’expertise scientifique dans les projets d’aménagement au Québec

 
 

 

Alexandre Dugré et Dominique Morin (Univ. Laval, Québec), « Les origines sociologiques de l’association de la participation citoyenne à l’expertise scientifique dans les projets d’aménagement au Québec », in GIS Démocratie et Participation, Actes du Colloque “Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses”, Saint-Denis, 29-30 janvier 2015, ISSN en cours, URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1806

 


 Télécharger

 

 

 Résumé de l'article

Nous proposons une genèse intellectuelle de la valorisation de la participation citoyenne au Bureau d’aménagement de l’est du Québec (BAEQ) autour du sociologue Gérald Fortin. C’est en effet à la suite de l’expérience du BAEQ que l’idéal de l’aménagement avec la participation citoyenne a été diffusé au Québec bien au-delà du cercle des sociologues et a commencé à être intégré dans des institutions. Nous montrons comment les positions de Fortin s’inscrivent dans une filiation de sociologues de l’Université Laval qui ont remis en question l’autorité exclusive des experts et des décideurs dans la définition de la manière dont les communautés devraient participer au développement. Le Père Georges-Henri Lévesque fonda d’abord l’École des sciences sociales de l’Université Laval pour former des intellectuels inspirés de la doctrine catholique, mais ayant le courage de porter un regard laïc plus vaste, profond et haut sur la situation du Québec dans le dessein de restaurer l’unité spirituelle des Canadiens français autour d’un nouvel idéal réaliste pour l’action. À la suite de ses études supérieures à l’Université de Chicago, Jean-Charles Falardeau enseigna dans cette École de Laval une sociologie positiviste préconisant des études systématiques des communautés transformées par l’industrialisation et l’urbanisation pour mieux concevoir comment réformer leurs institutions en tenant compte de l’évolution des structures sociales, des modes de vie et des esprits. Son élève Gérald Fortin a quant à lui valoriser par une sociologie positive, critique et engagée la participation des chercheurs et des populations concernées à des pratiques de l’aménagement plus rationnelles et démocratiques.

 

 


 
Alexandre Dugré & Dominique Morin (Univ. Laval, Québec), "Sociological origins of the association of citizen participation with scientific expertise in the development projects in Quebec"

 Abstract

We offer an intellectual genesis of the pioneering enhancement of citizen participation in the “Bureau d’aménagement de l’est du Québec” (BAEQ) around the works of the sociologist Gérald Fortin. The ideal of development with citizen participation spread far beyond the circle of sociologists and get institutionalized in Quebec province only after BAEQ’s experience. The proposed genesis emphasizes the importance of sociology in the formation of this ideal, showing how Fortin is part of a lineage of sociologists from Laval University who questioned the exclusive authority of experts and decision makers in the definition of how communities should participate in development. Father Georges-Henri Lévesque founded the School of Social Sciences at Laval University to train and inspired intellectuals from the Catholic doctrine, with the courage to bring a more "broad, deep and high" secular perspective on the situation in Quebec for the purpose of restoring the spiritual unity of French Canadians around a realistic ideal for action. Following his graduate studies at the University of Chicago, Jean-Charles Falardeau taught at Laval University positivist sociology advocating systematic studies of communities transformed by industrialization and urbanization needed to design reform of the institutions following the evolution of social structures, ways of life and mentalities. His student Gérald Fortin has meanwhile promoted by his positive and critical sociology the enhancement of the participation of scientists and people in more rational and democratic practices of development.