Démocratie participative et mouvements sociaux : entre domestication et ensauvagement ?