repertoire Répertoire

Les approches normatives mobilisées au sujet des assemblées générales étudiantes

 
 
 
 
 
LE MAZIER Julie (2011), "Les approches normatives mobilisées au sujet des assemblées générales étudiantes", communication à la deuxième journée doctorale sur la participation du public et la démocratie participative, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 18 octobre 2011.

 



 

 Télécharger

 

 

 Résumé de l'article

 
Depuis 1968, en France, les étudiants s'organisent en assemblées générales lorsqu'ils se mobilisent. La communication visera à cartographier les approches normatives relatives à la démocratie convoquées par les participants, qu'ils soient ou non favorables à cette forme d'organisation. Elle s'appuiera sur une enquête ethnographique menée sur les assemblées générales de plusieurs établissement parisiens lors des quatre derniers mouvements étudiants. L'enjeu est ainsi de saisir la façon dont des acteurs « ordinaires » se positionnent par rapport aux questions de participation, de délibération, de démocratie à propos des AG, à partir de leurs pratiques, des discours qu'ils y tiennent, et des conflits qui portent sur leurs « modalités de fonctionnement ». On mettra ainsi en évidence la diversité des valeurs auxquels ils se réfèrent. D'une part, tous les étudiants qui se rendent aux AG ne les considèrent pas comme le lieu de la légitimité démocratique. D'autre part, les étudiants qui, au contraire, sont partisans des AG, peuvent mettre en œuvre des pratiques et mobiliser des valeurs concurrentes en matière de participation et de délibération, issues de filiations politiques diverses.
 
 

 

 Abstract 

 
Since 1968 in France, students get organised in assemblées générales (general meetings) during their mobilisations. The communication will aim at mapping the normative approaches about democracy which participants - either supporters or opponents of this form of organisation - refer to. It will rely on an ethnographic investigation about general meetings in several universities in Paris during the last four student movements. Then, it will intend to capture the way "ordinary" actors position themselves in what regards matters of participation, deliberation and democracy about general meetings, by drawing them from their practices, their discourses and the conflicts they have about the way the organise them. On the one hand, all the students who attend general meetings do not consider them as an instance of democratic legitimacy. On the other hand, the students who, on the contrary, support general meetings, may carry out practices and mobilise values which are in competition in what regards conceptions of participation and deliberation, and which come from different political traditions.