repertoire Répertoire

Les effets territoriaux des « ratés » de la participation

 
 
 
 
 
ROCHE Élise (2011), "Les effets territoriaux des « ratés » de la participation", communication à la Journée d'études sur les effets de la participation, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris, 21 octobre 2011.

 



 

 Télécharger

 

 

 Résumé de l'article

 
La qualité des processus participatifs est régulièrement mise en doute : leur légitimité, leur efficacité, leur honnêteté même sont souvent contestées par des acteurs aussi divers que le monde scientifique, les « habitants » ou « usagers » sollicités dans ce cadre, ou même par les agents ou les élus à l'initiative de ces processus. Malgré cet aveu d'échec, des processus participatifs continuent d'être initiés, et à produire des effets. Se pose dès lors la question suivante : « que se passe-t-il quand la démocratie participative appliquée aux projets d'aménagements est un échec ? ». En partant du point de vue émis par les acteurs des processus, nous partirons de l'hypothèse que ces « ratés » des processus participatifs contribuent néanmoins à transformer le territoire.
Il s'agira dès lors d'exercer une analyse géographique sur les modalités de cette transformation du territoire, et notamment, quel est l'écart entre la transformation « attendue » et celle issue du processus désigné comme « raté ». Cette approche spatiale et qualitative sera menée de façon comparative entre deux projets d'aménagement en Italie et en France.
 
 

 

 Abstract 

 
The quality of participative democracy is regularly questioned. Its legitimacy, efficiency, honesty itself are often put in doubt by various actors as diverse as scientist, users, or residents together with decision-makers (technicians and elected representative) which are respectively included in, and initiators of these policies.
Despite these well-known failures, participative democracy is still managed, and continues to remodel public spaces. Thereby, arises the issue pointing out the consequences of these "failures" of participative democracy applied to urban projects. Referring to the point of views expressed by the actors of the process, we will assume that these "failures" of participative democracy contribute however to remodel public spaces.
To that end, we will follow a geographic analysis in order to indentify the terms of this spatial transformation, including the difference between the transformations initially "expected" by actors before-mentioned, and the outcome of the "failed" process. Through this spatial and qualitative approach, we will compare two urban projects in Italy and France.