repertoire Répertoire

Participer n'est pas influencer. Travailler sur les épreuves de crédibilité du "citoyen-expert" dans le processus décisionnel

 
 
 
 
 
PAROTTE Céline, PIET Grégory et ROSSIGNOL Nicolas (2011), "Participer n'est pas influencer. Travailler sur les épreuves de crédibilité du "citoyen-expert" dans le processus décisionnel", communication à la Journée d'études sur les effets de la participation, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris, 21 octobre 2011.

 



 

 Télécharger

 

 

 Résumé de l'article

 
Si les mécanismes de démocratie délibérative et participative sont de plus en plus souvent convoqués au cœur de nos systèmes de démocratie représentative, il nous intéressera de mesurer (1) la place que le processus décisionnel accorde au citoyen ordinaire et (2) le poids et la capacité de ces citoyens comme « experts d'usage » à se réapproprier le processus.
Pour ce faire, nous confronterons deux recherches portant sur des conflits d'implantation : l'une sur des projets de construction d'éoliens en Région wallonne et l'autre sur un projet de construction d'une mosquée à Liège (Belgique).
Partant, nous tenterons de démontrer que le citoyen doit maîtriser le processus décisionnel pour pouvoir y inscrire son action. Il conviendra de donner les caractéristiques propres de ce que nous définissons comme citoyen « expert d'usage » au regard de ses ressources (« je peux »), de son bagage (« je sais ») et de ses intérêts à agir (« je veux »). De facto, si le dispositif peut avoir un réel effet positif sur la participation et l'inscription du citoyen dans le processus de décision, nous relativiserons sa capacité d'influence.
 
 
 

 

 Abstract 

 
The mechanisms of participatory and deliberative democracy have been increasingly debated in representative democracy, more specifically we seek to measure (1) the importance given to 'ordinary citizens' in decision-making processes and (2) their ability as "experts" to appropriate the processes.
To that purpose, we compare two researches on sitting conflicts: firstly, sitting projects of windmills in Walloon Region and, secondly, a sitting project of a mosque in Liège (Belgium).
We aim at proving that citizens must control the decision-making process in order to develop their actions. The latter is possible accordingly to three characteristics of what we define as "expert-citizens": their resources ("I can"), their background ("I know") and their interests to act ("I want"). Yet, even though the decision-making process can have a positive effect on participation and involvement of citizens, we relativize their ability to influence.