Laboratoire

Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive

Description du laboratoire
Le Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR), unité propre de l’EHESS, est né de la convergence, à la fin des années 1990, de deux séries de travaux : des travaux de sociologie pragmatique portant sur des affaires, des controverses ou des crises et des recherches informatiques explorant de nouvelles technologies d'analyse pour les sciences humaines. Dirigé depuis sa création par Francis Chateauraynaud, directeur d’études, le GSPR développe des travaux, aujourd’hui largement reconnus dans cinq domaines :
  • la sociologie des alertes et des risques
  • la sociologie des controverses et des débats publics
  • l’analyse informatisée de corpus
  • la sociologie de l’expertise
  • la sociologie des nouvelles formes de pouvoir et d’emprise

Une part importante des travaux du Groupe se dirige ainsi vers une forme de « socio-informatique des dossiers complexes » fondée sur des espaces coopératifs originaux entre chercheurs et technologies, dont il est rendu compte dans ce Carnet de recherche. Si le GSPR se place résolument dans le cadre de la sociologie, via des travaux et des séminaires de facture classique, ce dispositif de recherche repose sur un partenariat durable avec l'association Doxa (loi 1901) qui développe, depuis de nombreuses années, des instruments de recherche inédits pour les sciences sociales. La double orientation des travaux du Groupe entend répondre aux nouvelles contraintes posées aux chercheurs par les fonctionnements en réseaux et l'avènement supposé d'une « société de l'information » concrétisée par Internet. Loin d'entretenir l'opposition entre des « technophiles » et des « technophobes », il s'agit de penser autrement les médiations conceptuelles et méthodologiques nécessaires à la description et l'analyse des formes de mobilisation, de débat et d'expression publique qui marquent les transformations en cours des sociétés contemporaines. Le déploiement de l'action collective, et notamment de la critique, via les réseaux d'information et de communication, change les modalités de l'enquête sociologique, obligeant les chercheurs à inventer de nouvelles technologies littéraires.

Chercheurs concernés par les thématiques du GIS
  • Francis Chateauraynaud, directeur d'études à l'EHESS
  • Vincent Bullich, maître de conférence à Paris XIII, chercheur associé
  • Pierrick Cézanne-Bert, chercheur sur contrat
  • Josquin Debaz, chercheur sur contrat
  • Marianne Doury, chargée de recherche au CNRS, chercheure associée
  • Jean Foyer, chargé de recherche au CNRS, chercheur associé
  • Jean-Michel Fourniau, directeur de recherche à l'INRETS, chercheur associé
  • Juan Carlos Guerrero, professeur à l'Université del Rosario, Bogota, chercheur associé
  • Matthieu Hubert, post-doctorant projet Nano Innov
  • Markku Lehtonen, chercheur associé, bourse de la Ville de Paris
  • Christopher Marlowe, apprenti-sociologue électronique
Doctorants
  • Ana Sofia Campos
  • Aurélie Cardona
  • Dominique Dolisy
  • Ingrid Tafere
Activités récentes en lien avec les thématiques du GIS et terrains observés

2012

  • Une pragmatique des alertes et des controverses en appui à l'évaluation publique des risques, Francis Chateauraynaud (coordinateur), Josquin Debaz, Federico Ferretti, Aymeric Luneau, rapport intermédiaire de la convention ANSES/GSPR (EHESS), septembre 2012. (télécharger le rapport en )
  • La portée de la concertation. Modélisation sociologique des effets de la participation du public aux processus décisionnels, Jean-Michel Fourniau (coordinateur), avec Stephan Castel, Pierrick Cézanne-Bert, Francis Chateauraynaud, Mathieu Leborgne, Ingrid Tafere. Avec la participation de Jean-Stéphane Borja, Samuel Bordreuil et Jean-Michel Van Couyghem. Rapport final pour le programme "Concertation, Décision, Environnement", juillet 2012 (télécharger en le volume 1, le volume 2)

2011

  • Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Observatoire informatisé de veille sociologique. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, avec la participation de Jean-Pierre Charriau et Christopher Marlowe, rapport final de la convention AFSSET/GSPR (EHESS), avril 2011. (télécharger le rapport en )
  • La dose fait-elle toujours le poison ? Une analyse sociologique des mondes de la recherche et de l’expertise à l’épreuve des faibles doses. Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Matthieu Fintz, rapport intermédiaire de la convention AFSSET/GSPR (EHESS), avril 2011. (télécharger le rapport en )

2009

  • Les formes d’argumentation autour de la notion de réversibilité dans la gestion des déchets radioactifs. Etude menée par Pierrick Cézanne-Bert et Francis Chateauraynaud. Rapport final pour l'ANDRA, 15 décembre 2009 (télécharger en )
  • Du mode d’existence des nanosciences et des nanotechnologies dans l’espace public. Étude menée par Vincent Bullich. sous la direction de Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau, Rapport final pour C’Nano Idf, août 2009 (télécharger en )

2007

  • Processus d'alerte et dispositifs d'expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Expérimentation d'un observatoire informatisé de veille sociologique à partir du cas des pesticides. Etude menée par Anne Bertrand, Francis Chateauraynaud et Didier Torny avec la participation de Jean-Pierre Charriau et Bernard Gomel (association Doxa). Rapport final de l'étude pilote. Convention AFSSET-GSPR, octobre 2007 (télécharger en )

2005

  • Nucléaire et démocratie délibérative : les technologies nucléaires à l’épreuve du débat public. Un projet d’observatoire des débats publics sur l’avenir du nucléaire civil. Étude menée par Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau, avec la collaboration d'Anne Bertrand. Convention GRETS (EDF) / GSPR (EHESS), 2005 (voir le résumé en )
  • Internet à l'épreuve de la critique II. L’expression des situations critiques dans l’administration ordinaire des réseaux. Étude menée par Francis Chateauraynaud et Patrick Trabal. Programme "Société de" l'information", CNRS, 2005 (télécharger l'article )

2003

  • Expériences routières et dispositifs publics. Étude menée par Francis Chateauraynaud et Patrick Trabal, avec Sebastien Buisine et Henrique Rodas. Convention Ministère de l'Équipement et des Transports / GSPR (EHESS) en partenariat avec l’association Doxa, 2003 (télécharger en )
Enseignements portant sur les thématiques du GIS

Participation au master Argumentation et influence sociale, département de philosophie de l'Université de Provence, sous la direction de Pierre Livet.

Séminaires, colloques en lien avec les thématiques du GIS
Séminaires EHESS 2010-2011
 
Les vidéos des séances de séminaire sont disponibles sur le carnet concertation.hypotheses.org
 
De l’alerte au conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectives
Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau
1 et 3èmevendredis du mois, du 19 novembre 2010 au 20 mai 2011
EHESS - 105, Bd Raspail, salle 8

Depuis plus d’une dizaine d’années, l’analyse des formes de mobilisation et des débats publics est au cœur des sociologies contemporaines. Les outils forgés par la sociologie des alertes et des controverses mettent l’accent sur les procédés par lesquels des acteurs parviennent à faire surgir de nouveaux arguments et à porter leur cause dans l’espace politique. Mais, qu’il s’agisse d’énergie nucléaire ou d’OGM, de nanotechnologies ou de climat, de professionnels en colère ou de collectifs de sans-papiers, le langage de description sociologique doit intégrer les figures de la critique radicale et rester symétrique face au partage des orientations entre quête de régulation et logique de conflit.
En s’exerçant à penser les conditions du renouvellement de la pragmatique des épreuves publiques, conçues comme des échangeurs entre forces et légitimités, ce séminaire étudie les formes de convergence ou de divergence des modes de protestation et des trajectoires suivies par les causes les plus diverses. On y regardera en détail comment s’élaborent et se transforment les relations entre les activités et les milieux, la production des arguments et des principes de jugement, la participation aux dispositifs de délibération et l’expression de rapports de forces. Associant continûment la discussion conceptuelle et la comparaison d’études de cas, les travaux porteront sur toute la gamme des cas de figure allant des scènes d’action locale – conflits d’implantation d’installation industrielle par exemple – jusqu’aux arènes internationales – à travers la production de causes internationales. En confrontant chaque nouveau cas à la collection des dossiers étudiés ces dernières années, on montrera comment, à travers la confection critique de leurs arguments, les acteurs articulent différentes échelles et temporalités, contribuant ainsi à définir la portée des controverses et des conflits. L’objet d’une balistique sociologique peut être en effet de rendre compte de la performativité des opérations critiques à travers leur insertion tant dans les réseaux institutionnels que dans les espaces médiatiques.
Le programme
La portée de la participation ou l’expérience des milieux. Sociologie des mobilisations territorialisées
Francis Chateauraynaud, Jean-Michel Fourniau (GSPR EHESS) et Mathieu Leborgne(LAMES)
2èmevendredi du mois de 10h30 à 13h et de 14h30 à 17h, du 5 novembre 2010 au 10 juin 2011
EHESS Marseille, La Vieille Charité, salle A
La multiplication des lieux et formes de participation citoyenne invite à questionner un phénomène marqué par la diversité des champs investis, des échelles spatiales, mais aussi des modalités des échanges. En allant au-delà des réflexions menées au cours des années précédentes sur l’économie démocratique des débats publics, le séminaire s’attachera cette année à analyser la « portée de la participation » comme mécanisme d’influence réciproque entre la trajectoire publique des dossiers et les milieux (qu’ils soient sociaux, techniques, environnementaux ou institutionnels) dans lesquels leur mise en discussion est irréductiblement ancrée. Il s’agira de décrire, en examinant les formes de prise en compte des contextes historiques locaux, comment les acteurs articulent leur expérience vécue dans les milieux affectés par une décision, un projet d’aménagement, un risque, avec les espaces de production et de circulation de l’information sur la situation en cause et ses conséquences. L’analyse portera dans le même mouvement sur les lieux de mise en discussion publique et d’élaboration des décisions, et sur les principes généraux destinés à soutenir les causes dans les situations de dispute ou de conflit. La « portée de la participation » peut en effet se mesurer à la manière dont l’engagement des acteurs dans le processus de décision affecte à la fois les dispositifs, les milieux et les représentations. La diversité des cas présentés (des nanotechnologies aux grandes infrastructures) permettra de construire l’espace de variation nécessaire pour tester cette formalisation, qui prolongera les analyses issues de la « balistique sociologique » en les appliquant à des mobilisations territorialisées, dans une optique comparée, attentive à leurs différents points d’ancrage.
Publications du laboratoire en lien avec les thématiques du GIS
Ouvrages :
Francis Chateauraynaud , Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, à paraître en 2011.
Claire Lamine, Les intermittents du bio. Pour une sociologie pragmatique des choix alimentaires émergents (préface de Francis Chateauraynaud), Maison des Sciences de l'Homme, Paris, 2008, 341 pp.
Jean-Michel Fourniau et al. (eds), Le débat public : une expérience française de démocratie participative, La Découverte, 2007, 412 p.
Jacques Roux (ed.), Être vigilant. L'opérativité discrète de la société du risque (préface de Francis Chateauraynaud), Presses Universitaires de Saint-Etienne, 2006, 268 pp.
Didier Demazière, Claire Brossaud, Patrick Trabal et Karl van Meter (dir.), Analyses textuelles en sociologie. Logiciels, méthodes, usages, Presses Universitaires de Rennes, 2006, 224 p.
Olivier Caïra, Hollywood face à la censure.Discipline et innovation cinématographique, Ed. CNRS, 2005, 208 p.
Francis Chateauraynaud, Prospéro. Une technologie littéraire pour les sciences humaines, 2003, Paris, CNRS éditions, 403 p.
Christian Bessy et Francis Chateauraynaud, Experts et Faussaires. Pour une sociologie de la perception, 1995, Paris, Métailié, "Leçons de choses", 365 p.
Francis Chateauraynaud et Didier Torny, Les Sombres Précurseurs. Une sociologie pragmatique de l'alerte et du risque, Paris, Éditions de l'EHESS, 1999, 480 p.
Francis Chateauraynaud, La faute professionnelle. Une sociologie des conflits de responsabilité, 1991, Paris, Métailié, "Leçons de choses", 475 p.