repertoire Répertoire

Quelle place pour les syndicats d’enseignants dans les grandes consultations nationales sur l’École en France (1973-2003) ?

 
 
 
 

Colas Degenne Isabelle, « Quelle place pour les syndicats d’enseignants dans les grandes consultations nationales sur l’École en France (1973-2003) ? », in GIS Démocratie et Participation, Actes des 3èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative, Bordeaux, 22-23 novembre 2013, ISSN 2271-7994, URL : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1608

 



 

 Télécharger

 

 

 Résumé de l'article

Les nombreux travaux relatifs à la démocratie participative et la participation du public aux questions qui les concernent font peu état des expériences d’élargissement du dialogue sur les questions d’éducation en France. Pourtant, sous la Vème République, plusieurs ministres de l’Éducation nationale de droite ou de gauche font le choix d’instaurer des dispositifs participatifs proposant des consultations dépassant les habitués du dialogue, les organisations syndicales. Trois contextes politiques précisent l’apparition d’une volonté ministérielle d’instaurer un dialogue sur l’éducation ouvert à un large public modifiant les relations entre le ministère de l’Éducation nationale, son administration publique et ses interlocuteurs dans les contextes d’évolution du dialogue démocratique : la participation (1970), le dialogue avec « la base » par la décentralisation (1980) ainsi que la tendance à engager une « proximité » politique (1990). Ces contextes sont insuffisants pour expliquer le recours à des procédures de dialogue participatif. En effet, ceux-ci rencontrent alors la particularité et l’histoire instable du syndicalisme. Ainsi, à ces éléments de contexte politique s’ajoutent ceux sur la manière de considérer les syndicats enseignants, interlocuteurs dits « incontournables » dans un processus de dialogue qui ne leur est pas exclusivement dédié. L’histoire du syndicalisme enseignant permet alors d’appréhender cet interlocuteur dans une procédure de dialogue participatif et de prendre connaissance des repères d’évolution propres à ces acteurs parmi l’ensemble des publics sollicités dans le dialogue sur l’éducation. La particularité de ces organisations syndicales sectorielles en font un objet singulier parce qu’elles se situent au croisement d’une réflexion sur la défense des fonctionnaires et de leurs intérêts et celle plus spécifique à leur métier. L’ensemble des ces paramètres s’insère dans une réflexion plus vaste situant l’Éducation au cœur des politiques publiques. Il s’agit de mettre en forme le dialogue dans un alliage corporatiste et public.

 

  • Fichier attaché : communication_isabelle_colas_degenne.pdf - 386.06 KoTéléchargerTélécharger