Le renouvellement du Gis 2014-2017

Trois enjeux scientifiques pour le renouvellement du Gis

 

Le Gis a été constitué fin novembre 2009, comme un espace pluridisciplinaire ouvert d'animation de la recherche et de dialogue entre chercheur.e.s et acteur.e.s sur les questions transversales rencontrées dans les multiples domaines où se déploient les phénomènes participatifs. Le Gis fonctionne depuis sa création, comme un réseau de recherche sur la participation du public en démocratie, et non comme une communauté stable de chercheurs constituant la participation en champ de type disciplinaire auquel des laboratoires entiers se consacreraient.

Sur ses missions d’animation de la recherche, le Gis a démontré son utilité. Avec le renouvellement décidé pour 2014-2017, le Conseil de groupement (les partenaires financeurs) et le Conseil scientifique ont défini de nouvelles orientations et esquissé un nouveau programme d’activité, soumis à la discussion de la Conférence permanente du Gis en novembre 2012, et adopté ensuite lors de la signature de la convention de renouvellement (documents à télécharger ci-dessous).

Pour le renouvellement du Gis, de nouvelles orientations thématiques et des missions réaffirmées

Le renouvellement du Gis fait apparaître trois grands enjeux scientifiques pour orienter l’activité dans la prochaine période. Le premier enjeu est de réaffirmer les missions premières du Gis tout en renouvelant les thématiques de travail. Le Conseil scientifique a proposé de s’attacher à une double tension qui traverse les phénomènes participatifs :

  • La tension entre l’institutionnalisation (et la professionnalisation) de la participation du public aux processus décisionnels et le constant débordement des dispositifs institutionnels par des pratiques informelles de participation, porteuses d’une critique du politique et de la décision.
  • La tension entre l’usage de la participation comme instrument de gouvernement de l’action publique et des conduites sociales,  et l’investissement de la participation par les mouvements sociaux comme vecteur d’un pouvoir d’agir, de pratiques d’émancipation.

Le Conseil scientifique a également proposé de réaffirmer les missions premières du Gis en portant dans son activité une double exigence :

  • L’interdisciplinarité en SHS, en assumant la tension entre approches disciplinaires et dialogue interdisciplinaire.
  • La mise en visibilité des travaux francophones, tout en pratiquant une très large ouverture internationale.  

Le Conseil scientifique a enfin mis l’accent sur une autre question transversale : Quel rôle la recherche joue-t-elle dans le phénomène participatif lui-même ? La dimension réflexive des travaux sur la participation est également une exigence à traduire dans l’ensemble du programme d’activité.

Rapprocher les questionnements des chercheurs de ceux des praticiens de la participation

Beaucoup d’initiatives de laboratoires, de collectivités, d’opérateurs s’attachent à rapprocher les questionnements des chercheurs de ceux des praticiens de la participation. L’apport propre du Gis peut être de désenclaver les approches spécialisées ou sectorielles pour appréhender cette question comme une caractéristique “politique” globale du phénomène participatif, transformant les processus de recherche comme les processus de décision.

Cela demande de réfléchir particulièrement aux formats d’animation de la recherche que le Gis peut mettre en œuvre pour concrétiser son approche globale. Cet enjeu touche par ailleurs au fonctionnement du Gis et de ses instances.

Les formats d’animation de la recherche doivent permettre d’explorer de manière coopérative les questionnements des acteurs et des chercheurs et non mettre les acteurs en situation de public des réflexions des chercheurs. Pour élaborer de concert les « questions pratiques » en « questions de recherche », des activités doivent être plus directement organisées autour des questions que les acteurs les plus impliqués dans l’activité du Gis tirent de leur propre expérience de la concertation et de la participation.

Élargir l’interdisciplinarité au-delà des SHS

Le domaine de la participation apparaît particulièrement concerné par cette orientation générale du CNRS qu'il convient donc de traduire dans l’activité future du Gis.

 

Le compte rendu de la Conférence permanente du 23 novembre 2012

Le compte rendu du séminaire du Conseil scientifique des 22 et 23 juin 2012

 

  • Fichier attaché : programme_dactivite_2014-2017.pdf - 343.53 KoTéléchargerTélécharger
  • Fichier attaché : champs_du_gis_2014-2017.pdf - 143.99 KoTéléchargerTélécharger