article Article

Hommage à Luigi Bobbio

Le Gis Démocratie et Participation a rendu hommage à Luigi Bobbio, membre du Conseil scientifique, au cours des cinquièmes journées doctorales, le 12 janvier 2018 à Tours (http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/2331/).
 

Hommage à Luigi Bobbio
(6 mars 1944 - 9 octobre 2017)

Luigi Bobbio à Cervinia le 26 juillet 2017

 
La disparition soudaine de Luigi Bobbio, le 9 octobre dernier à 73 ans, laisse un grand vide non seulement dans la science politique italienne mais également dans la communauté internationale s’intéressant aux questions de participation et de délibération. Professeur titulaire (émérite depuis peu) d’analyse des politiques publiques à l’Université de Turin, Luigi Bobbio était l’un des grands noms de la science politique italienne, ses travaux sur la participation et la délibération étaient internationalement reconnus.

Luigi Bobbio est entré dans la carrière universitaire relativement tard, mais il était né dans ce milieu, étant l’un des trois fils de Norberto Bobbio, philosophe politique de renommée mondiale et grande figure intellectuelle de l’Italie de la seconde moitié du XXe siècle. Avant son engagement académique, Luigi Bobbio avait été l’un des leaders de l’occupation de l’Université de Turin en décembre 1967 puis des mouvements étudiants des années 68 que cette occupation initiait, un des fondateurs et dirigeants de Lotta Continua, mouvement d’extrême-gauche dont il écrira l’histoire en 1979. Il a ensuite décidé d’être enseignant en lycée, avant de se consacrer à la recherche et de soutenir une thèse de sociologie en 1988 à l’Université de Turin. Consacrant ses premiers travaux à l’analyse des processus de décisions publiques et des relations entre les gouvernements locaux et l’État – la protection du patrimoine culturel, le fédéralisme, les politiques urbaines –, il se tourne dès le milieu des années 1990 vers l’analyse des conflits environnementaux et les rapports entre conflits, décisions publiques, participation et délibération. Il est devenu maître de conférence à l’Université de Turin en 2000 puis professeur titulaire en 2005. Enseignant sur ces questions, Luigi Bobbio a consacré de nombreux ouvrages à la participation des citoyens, la démocratie délibérative et l’analyse de décisions publiques, dans une optique croisant théorie politique, sociologie politique et expérimentations concrètes.
 
*
*      *

Iolanda Romano, Avventura Urbana (Turin) et Commissaire du gouvernement italien pour le Terzo valico

Luigi Bobbio a été beaucoup de choses au cours de sa riche vie : un militant, un professeur de lycée, un professeur d’université, un spécialiste des sciences politiques, un expert en analyse des politiques publiques. Mais surtout, il a été, au cours des vingt dernières années, le point de référence faisant le plus autorité en Italie — et parmi les plus reconnus en Europe — des acteurs de la participation citoyenne et de la démocratie.

Je ne m’étendrai pas sur les études qu’il a menées, mais sur son rôle fondamental de passeur entre la théorie et la pratique. Une pratique apparue en Italie au début des années 90 et qui s’est rapidement développée, récupérant des décennies de retard par rapport à d’autres pays d’Europe du Nord, les États-Unis, le Canada et même la France.

Quand j’ai rencontré Luigi pour la première fois, en 1997, il venait de fonder le Master en analyse des politiques publiques et avait publié un petit livre destiné à devenir l’un des jalons de l’analyse des politiques publiques : La démocratie n’habite pas à Gordio. Il a invité notre groupe de travail à raconter les expériences de la planification participative dans son cours. L’intérêt et la curiosité pour les pratiques se sont développés rapidement, à tel point que Luigi Bobbio a décidé de se lancer dans des expériences de participation innovantes.

La première, particulièrement nouvelle sur la scène nationale, fut une expérience de négociation environnementale : en 2000, nous avons réalisé, avec Avventura Urbana, le processus de participation « Ne refusez pas de choisir » pour le choix de deux sites d’élimination des déchets dans la province de Turin. La méthode de comparaison structurée a été expérimentée avec le support d’une analyse multicritère. Depuis lors, la collaboration s’est consolidée et s’est poursuivie dans plusieurs projets, utilisant à chaque fois différentes méthodes de participation citoyenne et de parties prenantes : jury de citoyens, Town meeting électronique, débat public, sondage délibératif, budget participatif et bien d’autres.

J’ai sélectionné ici quelques projets pour leur signification symbolique et parce qu’ils ont constitué de véritables marques pour la réflexion théorique et pratique en Italie (voir le diaporama ci-joint).

Le premier est le Town meeting tenu à Marina di Carrara en 2006 pour écrire de manière participative, avec 500 citoyens toscans, la loi régionale Toscane sur la participation (diapo 2). Ce fut une expérience riche et complexe, sur laquelle beaucoup a été écrit, sur le ton du partage mais aussi de la critique. La loi, après presque dix ans, est toujours en vigueur et a promu des centaines d’expériences à l’échelle locale qui font maintenant de la Toscane l’un des bastions de la participation en Italie.

Le second est un sondage délibératif, mené en 2008 avec les créateurs de cette méthode — James Fishkin et Robert Luskin — et l’Université de Sienne, sur deux questions très controversées : le droit de vote pour les immigrés et la ligne ferroviaire à grande capacité Turin-Lyon (diapo 3). Le sondage délibératif avait un objectif de recherche, donc il n’a pas affecté les politiques, mais il a mis en évidence certains phénomènes significatifs de distorsion de l’opinion publique lorsqu’elle n’est pas correctement informée.

Le troisième est un débat public sur le « Testament biologique » (les directives de fin de vie)en 2009, pour le compte de la Biennale de la Démocratie, qui a impliqué plus d’un millier de citoyens à Turin et à Florence (diapo 4). La question était de savoir si une loi était nécessaire : si les résultats du processus étaient oui, il fallait légiférer. Le 14 décembre 2017, après 8 ans d’attente, la loi sur « Testament biologique » a finalement été approuvée par le Parlement italien.

Le quatrième est le processus avec trois jurys citoyens réalisés dans autant de villes en 2011, toujours pour le compte de la Biennale de la Démocratie, sur le thème du fédéralisme, un sujet très difficile du fait de ses multiples intersections avec des questions fiscales, juridiques, administratives (diapo 5). Ce fut la démonstration qu’il est possible de discuter de problèmes très spécifiques et complexes avec des citoyens ordinaires.

Les cinquième et sixième sont des débats publics sur deux grandes infrastructures majeures, dans les deux cas faites par Autostrade per l’Italia (la société nationale des autoroutes). L’un (diapo 6), en 2009, à Gênes — auquel Jean Michel Fourniau a participé en tant qu’expert du débat public — et l’autre (diapos 7 et 8), en 2016, à Bologne. Ce sont des expériences importantes et très discutées qui ont déclenché une réflexion critique sur l’utilité de l’introduction de l’outil Débat Public en Italie (diapo 9). Dans cette législature, en 2016, le Parlement a décidé de l’adopter en le rendant obligatoire pour tous les grands ouvrages dépassant un certain seuil de coût ou de taille. Les expériences de Gênes et de Bologne, en tant qu’applications de la méthode du Débat public, ont été prises comme référence par le Ministère des Infrastructures et des Transports pour la rédaction du décret d’application, dont la publication est prochaine, qui définit les modalités du Débat Public dans sa version italienne.

Luigi Bobbio a pris part à ces projets avec un égal intérêt, qu’il ait eu un rôle prépondérant dans leur direction ou qu’il y ait joué un rôle d’expert scientifique. Sa contribution était fondamentale : elle représentait une exigence constante de réflexion qui obligeait à s’interroger franchement sur les choix à faire au cours de l’action.

Contrairement à ses collègues, souvent distants et pas intéressés par les nuances de l’interaction, Luigi Bobbio a tenté de « pénétrer dans le processus » en en saisissant toutes les articulations.

C’était un érudit qui savait se « salir les mains ». Il ne se demandait pas ce qui ne fonctionnait pas dans un processus, mais comment le faire fonctionner mieux. Il était véritablement intéressé à « faire entrer le monde dans la pièce », c’est-à-dire à voir, autant que possible, tous les intérêts en jeu représentés, à établir un équilibre entre tous les points de vue. Il croyait en la participation comme une extension du « droit de pouvoir compter » des citoyens, même ceux apparemment moins intéressés par un projet, nous avons donc essayé d’imaginer toutes les routes pour assurer l’implication des sujets même s’ils n’étaient que potentiellement affectés par un problème.

Nos convictions avaient des conséquences. Dans le processus sur l’incinérateur, nous avons décidé de « réveiller le chien qui dort », d’aller sur le territoire pour avertir les citoyens que, potentiellement, ils pourraient avoir une usine désagréable construite sous leur maison. Ainsi, une fois alertés, ils pourraient décider de constituer un comité local et d’être représentés au sein du comité qui devait prendre une décision. Ou à Gênes, pour encourager la participation aux réunions de tous ceux qui vivaient dans des immeubles situés sur les différents tracés de la nouvelle autoroute, mais l’ignorant jusque-là, nous avons décidé de publier dans les journaux locaux la liste des logements, avec les rues et les numéros de maison et d’immeuble, risquant une potentielle expropriation.

Luigi était conscient des limites des processus participatifs, il a reconnu leurs faiblesses et leurs risques, mais il n’a pas renoncé à chercher des opportunités et des surprises. Il semblait attiré, plus que toute autre chose, par la capacité des processus délibératifs à générer des opportunités d’apprentissage. Et il a apprécié, en les valorisant comme de vraies surprises, des propositions même petites mais significatives qui découlent souvent de l’implication de ceux directement touchés par un problème. Il a montré une rigueur unique dans la définition des règles du jeu de chaque expérience ; dans les manières de les conduire, qui devait être complètement impartiale ; dans les conditions de participation, qui doivent être claires, flexibles et transparentes.

Parmi les nombreuses discussions que nous avons eues ensemble, lorsque nous avons fait face aux choix d’implantation d’un projet, ou analysé les résultats d’un processus participatif, je me souviens principalement de la richesse et de la profondeur de l’échange. Tous les aspects, même les plus marginaux, suscitaient son attention et ses questions provoquaient des réflexions et des propositions. Il a déclenché un mécanisme d’apprentissage qui a fait de ces moments des occasions uniques d’enrichissement professionnel et personnel.

Finalement, Luigi a fait tout cela avec une grâce infinie. Il ne voulait pas qu’il y ait des gagnants et des perdants : à chaque fois que je l’ai vue donner des conseils, je n’ai jamais perçu un ton de jugement, de critique pour la critique. Ses propositions visaient toujours le respect des différences, le développement de la rencontre, la volonté de coopération plutôt que la compétition.

Luigi était aussi un passionné, il est tombé amoureux des processus et des dynamiques que les gens qui participaient avaient su déchaîner : il y a quelques années, il a adopté le terme « bonheur public ». L’adjectif qu’il utilisait le plus fréquemment pour exprimer son approbation était « splendide ».

La dernière fois que j’ai pu collaborer directement avec Luigi Bobbio, c’était pour la présentation des comptes de la première année de mon mandat de commissaire du gouvernement pour la nouvelle ligne de chemin de fer de Gênes à Milan. À cette occasion, il m’a proposé, ce que j’ai accepté, d’inviter des experts opposés au projet et à la méthode que j’utilisais. De toute évidence, il avait raison.

Ce qui était un de ses grands mérites était peut-être aussi son point faible.

Le choix de toujours respecter tous les points de vue, de s’efforcer de voir les bonnes raisons de l’autre et d’éviter les oppositions, avait probablement un coût. Luigi proposait ses opinions mais ne les imposait pas. Son leadership bienveillant ou n’a pas été compris, ou n’a pas réussi à consolider un espace, un centre d’agrégation pour ceux qui gravitaient autour de lui, pour ceux qui voulaient suivre ses pas dans le domaine académique.

Il laisse un grand vide. Il n’y a pas d’école ni de groupe de pensée pour perpétuer son héritage, qui constitue un patrimoine pour chacun d’entre nous, un rempart contre la banalisation et la simplification des processus participatifs.

Pour ceux d’entre nous pour qui Luigi a été un point de référence constant pendant ces vingt ans, il est difficile de penser continuer à expérimenter sans son soutien et sa lucidité.

Que pouvons-nous faire ? Je pense que la seule réponse est que c’est à nous de nous retrousser les manches maintenant. Nous devons rassembler nos forces et trouver le moyen de poursuivre, tous ensemble, cette fonction irremplaçable d’investigateur critique et enthousiaste.

La critique constructive au cours du processus, et non à sa fin sous forme d’évaluation, est en effet fondamentale. Avant tout pour la pratique participative, qui ne peut qu’être, comme l’a dit Donald Schön, que réflexive.
 
*
*     *

Jean-Michel Fourniau, président du Gis Démocratie et Participation

La semaine dernière notre collègue Johanna Siméant a publié un cri d’angoisse largement relayé sur les réseaux sociaux, intitulé « Démolition », disant  le vertige du savoir inutile :
« C’était chaque jour l’annonce d’une nouvelle dépossession. Et pour chacune des choses qui arrivaient chaque jour, comme un goutte-à-goutte terrifiant, elle savait trop bien ce que ça pourrait produire, ça avait été vu, revu, écrit, archirevu, traité de fond en comble, thatchérisme, New public management, changement incrémental dans les politiques publiques, bureaucratisation néolibérale du monde… »

Je comprends cette angoisse de perte de prises malgré le savoir que nous produisons sur le monde. De manière récurrente, un·e chercheur·e s’interroge sur l’utilité de son activité, de ce qu’il·elle produit dans le monde, se demande si le savoir qu’il·elle produit accroît l’agency des acteurs sociaux dont il·elle souhaiterait armer la critique, contribuer à l’émancipation, ou si ce savoir est absorbé dans des entreprises de domination. Ces questions sont particulièrement aigues pour nous qui travaillons sur les expérimentations démocratiques et la participation.

Une des grandes forces de Luigi Bobbio, pour tous ceux qui l’ont côtoyé, qui ont travaillé avec lui, est d’avoir eu une pratique de recherche qui apportait une réponse à ces inquiétudes de dépossession. Même si Luigi Bobbio ne se situait pas sur le plan théorique dans le sillage du pragmatisme, sa pratique de recherche en partageait deux principes fondamentaux : l’expérimentalisme et un conséquentialisme ouvert. Une pratique de recherche qui inscrit la production de connaissances scientifiques dans le mouvement même de ce qui est l’objet d’étude, une pratique de recherche dont la logique d’enquête n’est pas séparée des modes d’engagement des acteurs pour faire face à une situation problématique, et dissipe par là-même l’angoisse de l’inutilité qui naît d’un savoir séparé de l’agir.

Je connaissais Luigi depuis 10 ans. Il m’avait invité à présenter mes travaux sur le débat public dans une école d’été de l’ECPR qu’il organisait à Turin en juillet 2007. De cette première rencontre est né un échange assez dense, rythmé pendant 10 ans par plusieurs invitations réciproques à la fois dans des séminaires de recherche et dans la conduite et l’évaluation de processus participatifs en Italie et en France. Ce qui m’a très vite impressionné dans son travail, c’est l’ampleur du programme de recherche qu’il poursuivait. Luigi Bobbio a conduit une exploration systématique, particulièrement riche dans ces quinze dernières années, de différents formats de délibération citoyenne, en pilotant directement l’organisation de multiples dispositifs, ce que Iolanda Romano a rappelé et illustré dans le diaporama. Luigi Bobbio a rendu compte et analysé toutes ces expériences dans des articles qui ont alimenté les discussions dans la communauté internationale de recherche sur la participation et la délibération.

Ce choix du croisement entre théorie et expérimentation, donc cet expérimentalisme à la Dewey, puisant dans la pratique venue du militantisme ou de l’enseignement en lycée, a marqué ses travaux les plus originaux et les plus profonds sur le plan théorique parce qu’il lui a permis d’accéder à une compréhension fine des différentes situations où la participation des citoyens permettait de peser sur les décisions publiques.

Je voudrais mentionner particulièrement deux articles très analytiques qui illustrent bien, je pense, sa démarche consistant à vraiment entrer dans le fonctionnement fin des dispositifs pour en dégager les caractéristiques de fonctionnement et la diversité des possibilités d’usage : un article de 2010 publié dans Journal of Public Deliberation, intitulé « Types of deliberation »1 ; et un papier présenté au Colloque Le tournant délibératif, « Refléter la discussion ou formuler une résolution ? »2, dont on peut espérer qu’il soit rapidement publié maintenant. Ces deux papiers ont en commun de comparer plusieurs dispositifs de délibération pour en tirer des critères de caractérisation et de différenciation de leur fonctionnement sur les plans décisionnels et démocratiques.

Dans le premier papier, Luigi sort de l’approche assez classique d’analyse des profils motivationnels des participants, pour typifier les positions de jugement que peuvent adopter les participants avant d’entrer dans une délibération collective, en distinguant les positions bien ou mal définies d’une part, réfléchies ou non réfléchies d’autre part. On peut ainsi entrer en délibération avec des certitudes ou, au contraire, en situation d’incertitude du jugement ; venir exprimer un tort (quand on a le sentiment que son opinion n’est pas prise en compte) ou, au contraire, suspendre son jugement. Il en tire quelques recommandations sur le design des dispositifs les plus aptes au bon déroulement de la délibération à partir de ces différentes positions pré-délibératives.

Dans le second papier, Luigi rompt avec les débats classiques sur le consensus dans la délibération, pour passer en revue la manière dont se concluent différents types de processus délibératifs : absence de conclusion dans les forums de discussion, mesure de changements d’opinion dans les sondages délibératifs, compte rendu des échanges dans le débat public français, production d’un avis dans les conférences de citoyens, vote sur des alternatives dans d’autres dispositifs, et il compare les types d’accord que les participants à la délibération peuvent atteindre à ceux que des parties prenantes atteignent lorsqu’elles concluent un contrat. Là encore, en soulignant que le même enjeu peut être traité par des dispositifs qui prévoient des conclusions différentes, des conclusions qui reflètent la discussion ou des conclusions qui formulent une résolution, il éclaire d’un jour très novateur le fonctionnement des dispositifs de délibération.

Dans l’ouvrage sur la qualité de la délibération qu’il a dirigé, avec Stefania Ravazzi, paru en 2013, on retrouve cette enquête dans l’intimité des dispositifs avec une grande attention aux conséquences que produisent de petites variations dans leurs résultats, donc un conséquentialisme à la Dewey, pour comprendre ce qui dans le fonctionnement concret de ces dispositifs fait la différence entre eux.

Sans avoir pu le développer dans un papier spécifique, Luigi avait adopté dans son article sur les conclusions des processus délibératifs, le terme de « confluence » pour caractériser le processus par lequel les participants à la délibération peuvent atteindre un accord, terme qu’il empruntait à un article d’Alison Kadlec (2008)3 proposant une approche pragmatiste de la délibération démocratique. Nous avons repris ce terme dans l’évaluation que nous avons faite de la conférence de citoyens sur le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires en 2014. Comme, j’ai pu observer — cas extrêmement rare — l’intégralité de la délibération des citoyens de cette conférence, je dois à Luigi de rédiger le papier développant cette approche pragmatiste de la délibération démocratique et précisant la notion de confluence, dont nous avions discuté les principales idées au moment de la rédaction de notre rapport d’évaluation pour la CNDP, en 2014.

Luigi Bobbio s’est ainsi fermement engagé avec de nombreux acteurs de la participation pour produire des critères utilisables en situation pour différencier les dispositifs et leurs modalités de mise en œuvre afin de parvenir à de meilleures décisions publiques, à l’amélioration de la démocratie par la participation accrue des citoyens. Ce choix d’une science impliquée n’a cependant pas toujours été compris dans sa discipline académique.

Francophile, Luigi Bobbio avait noué de riches collaborations avec l’autre côté des Alpes et je me dois comme président du Gis Démocratie et Participation de souligner son apport à notre activité. Il était depuis l’origine membre du Conseil scientifique du Gis Démocratie et Participation et participait activement à ses activités. Il a été discutant dans toutes les Journées doctorales depuis 2009, il avait présenté le papier remarqué que j’ai mentionné au Colloque de juin 2011 sur le tournant délibératif, discuté au Congrès de 2011 la conférence d’Yves Sintomer (voir la vidéo), présenté un de ses derniers ouvrages aux Jeudis du Gis en 2015, codirigé un n° de Participations… Il avait présidé le jury du premier prix de thèse de la CNDP et du Gis en 2015, dont l’ouvrage vient de sortir aux Éditions de la MSH.

Il avait également été membre de la Commission d’évaluation de la conférence de citoyens organisée par la CNDP sur le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires, en 2013-2014.

Enfin, pour conclure, je voulais simplement dire que Luigi était un ami, à qui j’avais rendu visite encore cette été à Cervinia où, depuis son enfance, il passait ses vacances d’été (dernière diapo du diaporama). Je remercie également son épouse, Patrizia Capra des quelques photos récentes transmises pour cet hommage (diapos 10 et 11). D’une grande humanité, il était unanimement apprécié par ses pairs, par les jeunes chercheurs et par les praticiens. Nous voulons nous souvenir de lui tant pour ses qualités intellectuelles que pour ses qualités humaines : une bonté chaleureuse, une ironie bienveillante, une bonne humeur communicative et une élégance naturelle. Il nous manque déjà beaucoup.
*
*     *
Stefania Ravazzi, maîtresse de conférence en science politique à l’Université de Turin, co-directrice du master d’analyse des politiques publiques fondé par Luigi Bobbio
 
Trois jours après la mort de Luigi, j’ai eu à commencer mes leçons d’analyse des politiques publiques, qui était son cours avant sa retraite en 2014. J’ai commencé la première leçon en disant à mes étudiants que ce que j’allais enseigner était en grande partie le résultat de ce que j’ai étudié, appris et recherché avec lui. En Italie, l’Université est souvent décrite comme un monde de clientélisme et d’injustice, qui sont certainement présents dans certaines situations, comme dans beaucoup d’autres organisations publiques et privées. Mais l’Université est également faite de relations honnêtes et profondes, comme celles qui se développent entre les universitaires et leurs maîtres. Luigi a été un Maître unique pour moi et c’est un honneur pour moi de vous parler de lui aujourd’hui.

Jean-Michel m’a demandé de retracer son activité scientifique au cours des dernières décennies. Je vais essayer de le faire à grands traits, avec quelques considérations personnelles sur sa personnalité.

Une grande partie de l’activité intellectuelle et professionnelle de Luigi a été motivée par un sentiment principal : une profonde insatisfaction quant à la façon dont les politiques publiques sont généralement formulées (puis mises en œuvre). Il était convaincu que la plupart des décideurs entraient systématiquement dans les processus de décision avec une attitude contreproductive : ils pensent généralement connaître le problème à fond et avoir déjà la bonne solution à portée de main. De l’avis de Luigi, cette perception diffuse et généralement fausse, induit deux conséquences négatives. Premièrement, les décideurs ont tendance à considérer les processus de prise de décision comme des jeux à somme nulle dans lesquels ils peuvent l’emporter sur les autres par le biais de relations de pouvoir plutôt que par la discussion sur la substance des problèmes. Deuxièmement, les institutions publiques ont tendance à imposer des choix descendants et les critiques à s’y opposer de manière rigide, avec comme conséquence probable la radicalisation du conflit (entraînant parfois des violences physiques) et finalement une impasse ou un recul politique.

Sa conviction avait des référents empiriques clairs et visibles en Italie entre les années quatre-vingt et quatre-vingt dix. De nombreuses politiques publiques à fort impact territorial (environnemental ou social) généraient des conflits explosifs et dramatiques, avec de nouvelles coalitions de défense qui divisaient en interne les partis politiques, les groupes d’intérêt et les institutions publiques. Luigi a centré son activité de recherche sur ces questions conflictuelles, observant et analysant des dizaines de processus décisionnels, allant des usages non désirés du territoire aux questions éthiques. Dans la diapositive, vous pouvez voir quelques publications d’analyse de politiques sur des questions hautement controversées, dont il est l’auteur, le co-auteur ou l’éditeur.

Si le mécontentement à l’égard des politiques traditionnelles a été la principale cause de son intérêt pour la prise de décision sur des questions hautement controversées, le besoin de nouvelles stratégies alternatives concrètes a été le but de toutes ses recherches empiriques. À partir des années 1990, il s’est passionné pour de nouvelles stratégies pour surmonter ou éviter l’impasse politique et, en général, transformer les conflits en décisions stables. Alors que les analystes de la politique italienne travaillaient surtout sur les bureaucraties, les partis et les institutions, Luigi abordait le débat sur la démocratie délibérative de son point de vue pragmatique. La délibération publique ne représentait pas pour lui une question théorique intrigante, mais une réponse inhabituelle à l’inadéquation des processus décisionnels traditionnels. Il considérait les processus délibératifs avec une certaine dose d’optimisme, mais toujours avec une rigueur scientifique et une véritable curiosité envers leurs pièges et leurs problèmes.

Son intérêt pour le concret était en fait au fondement de tout son travail, à la fois en termes de méthodologie de recherche et en termes d’attitude dans le débat scientifique.

Sa méthodologie de recherche a toujours été un hybride entre action publique et recherche expérimentale. Il a voulu observer de vrais processus de l’intérieur et dans les coulisses, il a donc participé à plusieurs processus d’élaboration de politiques et contribué à organiser et à gérer plusieurs expériences délibératives. La plupart de ses contributions scientifiques découlent de l’observation participante. Il était bien conscient de ses risques en termes de subjectivité mais, à son avis, ces risques étaient le prix à payer pour observer ce qui ne pouvait être vu d’un point de vue extérieur. La transparence et l’argumentation étaient ses antidotes face à ces risques.

Son attitude dans le débat scientifique s’est souvent caractérisée par une certaine critique à l’égard d’interprétations trop simplifiées des phénomènes sociaux et politiques, ce qui, selon lui, conduit à des explications déformées de la réalité. Ses contributions scientifiques les plus récentes font en réalité partie de ses critiques les plus explicites contre les simplifications excessives de la recherche universitaire, en particulier celles provoquées par l’utilisation de catégories abstraites pour spéculer sur des phénomènes empiriques. Il critiqua par exemple les simplifications excessives produites par l’application à la délibération publique de concepts comme le néolibéralisme, la technocratie et la dépolitisation. Non parce qu’il pensait que la délibération publique était à l’abri des dérapages et qu’elle était la panacée de tous les échecs démocratiques, mais parce que l’utilisation de ces catégories multidimensionnelles comme des monolithes ne permettait pas de comprendre correctement les conséquences réelles de la délibération publique dans l’élaboration des politiques.

Deux de ses dernières publications traitant de cette question ont paru dans la revue française Participationset dans la revue italienne Partecipazione e conflitto. Ces deux publications récentes mettent également en garde contre un autre problème, que Luigi a également tenté de contrecarrer dans son expérience personnelle : les préjugés. Les préjugés sont largement répandus dans le milieu universitaire et découlent de la résistance humaine à remettre en question les croyances consolidées. Selon Luigi, le problème n’est pas tant l’erreur des préjugés que l’effet qu’ils produisent, qui est plus ou moins le même mécanisme que l’utilisation des catégories monolithiques : ils simplifient à l’excès la réalité et la déforment.

Si je devais terminer cet hommage en vous racontant ce que j’ai appris de lui, en pensant aussi à ces contributions récentes, je choisirais une leçon générale sur comment être un bon sociologue : n’ayez pas peur de remettre en question les problèmes consolidés et les opinions d’autrui, franchement et directement et, en même temps, soyez ouvert à être convaincu par les arguments d’autrui. J’ai entendu Luigi soulever des objections aux problèmes consolidés. Plusieurs fois. Et plusieurs fois, je l’ai entendu dire honnêtement « vous avez raison et j’avais tort », que son interlocuteur soit un universitaire prestigieux ou un étudiant.
*
*     *

Télécharger le diaporama projeté aux cinquièmes journées doctorales du Gis Démocratie et Participation pour l’hommage à Luigi Bobbio : Diaporama

Notes
  • Fichier attaché : romano_12-2-18_hommage_bobbio1.pdf - 5.79 MoTéléchargerTélécharger