Appel à communications

L'appel à communications a reçu 82 réponses. C'est un succès qui va bien au-delà de ce que le Conseil scientifique attendait, même si l'appel était volontairement très large, couvrant l'ensemble des domaines d'intérêt du GIS.
Ce succès démontre la vitalité du champ de recherche sur la participation du public et la démocratie participative.
 
Les propositions de communication pouvaient se rattacher aux grands domaines des travaux que le GIS entreprend. Leur traduction en problématiques de recherche est restée ouverte, laissant aux doctorants la liberté de proposer les cadres d’analyse qui leur paraissent les plus appropriés pour aborder les thèmes mentionnés.
Pour favoriser la discussion de leurs travaux, il était attendu des doctorants un effort de réflexivité et de positionnement clair vis-à-vis des cadres théoriques et des recherches existantes. Il était suggéré aux doctorants d’orienter leur proposition de communication sur ces questions transversales, pour lesquelles la confrontation pluridisciplinaire et pluraliste conduite par le GIS peut apporter la plus grande contribution scientifique.
 
Les thématiques et les objets traités sont très divers et dégagent quelques lignes de force pour structurer l'activité du GIS et le champ de recherche. Une quinzaine de propositions viennent  du Québec, d'Italie, de Belgique, d'Espagne et de Suisse (parfois avec des co-tutelles en France), qui donneront d'emblée à ces journées doctorales une forte ouverture internationale.
 
L'éventail disciplinaire des propositions reçues est large : sociologie, science politique, aménagement et urbanisme, info-com, géographie, droit public, philosophie, histoire des sciences, sciences économiques et de gestion principalement, mais plusieurs autres disciplines sont également présentes.
 

 
Répartition par discipline des 82 propositions reçues (sections CNU) :
 
 
Droit public (section 02) : 6
Histoire du droit (section 03) : 1
Science politique (section 04) : 19
Sciences économiques (section 05)  : 2
Sciences de gestion (section 06) : 2
Philosophie (section 17) : 2
Sociologie (section 19) : 20
Anthropologie (section 20) : 2
Géographie (section 23) : 6
Aménagement-Urbanisme (section 24) : 10
Sciences de l’éducation (section 70) : 1
Sciences de l’information et de la communication (section 71) : 8
Histoire des sciences (section 72) : 2
Sciences et techniques des activités physique et sportives (section 74) : 1
 
 
Voir les communications retenues.
 
 
 
 
Appel à Communications
des Premières Journées Doctorales
sur la Participation du Public et la Démocratie Participative.
 
Lyon, 27-28 novembre 2009
 
 
Les premières journées doctorales du Groupement d’intérêt scientifique « Participation du public, décision, démocratie participative » ont pour objet de permettre à l’ensemble des doctorants travaillant sur les thématiques de la démocratie participative et de  la participation du public aux processus décisionnels  de se rencontrer, d’exposer leurs travaux, de confronter leurs hypothèses, leurs méthodes et leurs résultats avec les travaux des chercheurs de ce domaine émergent.
 
Ces journées doctorales sont la première manifestation publique du GIS. Celui-ci a pour objet de développer la recherche sur la participation du public aux processus décisionnels et la démocratie participative.  Le GIS s’intéresse à la contribution des citoyens, au-delà du fonctionnement habituel de la vie politique institutionnelle, aux choix engageant la vie en société, à leur discussion dans de multiples espaces civiques et à leur réalisation par la mise en œuvre des politiques publiques.
Le GIS ne se donne pas une définition de la démocratie participative ou de la participation du public aux processus décisionnels qui délimiterait étroitement ses travaux. Au contraire, l’activité du GIS vise la confrontation de travaux puisant aux diverses conceptions de la démocratie, conduits dans une distance critique ou une proximité vis-à-vis de la démocratie participative, relevant  des différents courants de recherche qui traversent les disciplines des sciences humaines et sociales.
 
Ces premières journées doctorales prennent place dans un programme qui  ambitionne d’appréhender la multiplicité des expériences qui voient le jour dans le monde, de rendre compte de leur émergence dans des contextes politiques variés, et de leur adaptation à des situations de décision différenciées, d’analyser leurs fondements normatifs et juridiques, leur déroulement et leurs résultats, d’étudier leurs multiples effets,  d’éclairer les enjeux de leur institutionnalisation en norme de gouvernement.
Ces expériences peuvent porter sur des objets très divers  — développement durable,  réchauffement climatique,  égalité sociale, redistribution et solidarité, rapports science-société, libertés et élargissement des droits, territorialisation et métropolisation, mondialisation, etc.
Les travaux pris en considération s’étendent ainsi à l’ensemble des champs où se rencontrent des mouvements collectifs et des processus d’institutionnalisation visant l’inclusion des citoyens dans l’élaboration et la mise en œuvre de l’action et de la décision publiques : démocratie sociale, démocratie technique et ouverture de l’expertise à la société, démocratie locale et gestion de proximité, utilité publique et concertations conduites à diverses échelles  territoriales dans de multiples domaines (services publics, risques, alimentation, école,  politiques sociales et familiales,  santé environnementale, etc.).