Édito
 

Hommage à Luigi Bobbio

(6 mars 1944 - 9 octobre 1917)

Luigi Bobbio le 26 juillet 2017 à Cervinia

 
La disparition soudaine de Luigi Bobbio, le 9 octobre dernier à 73 ans, laisse un grand vide non seulement dans la science politique italienne mais également dans la communauté internationale s’intéressant aux questions de participation et de délibération. Professeur titulaire (émérite depuis peu) d’analyse des politiques publiques à l’Université de Turin, Luigi Bobbio était l’un des grands noms de la science politique italienne, ses travaux sur la participation et la délibération étaient internationalement reconnus.


Luigi Bobbio le 26 juillet 2017 à Cervnia
 

Luigi Bobbio est entré dans la carrière universitaire relativement tard, mais il était né dans ce milieu, étant l’un des trois fils de Norberto Bobbio, philosophe politique de renommée mondiale et grande figure intellectuelle de l’Italie de la seconde moitié du XXe siècle. Avant son engagement académique, Luigi Bobbio avait été l’un des leaders des mouvements étudiants des années 68 à Turin, un des fondateurs et dirigeants de Lotta Continua, mouvement d’extrême-gauche dont il écrira l’histoire en 1979. Il a ensuite décidé d’être enseignant en lycée, avant de se consacrer à la recherche et de soutenir une thèse de sociologie en 1988 à l’Université de Turin. Consacrant ses premiers travaux à l’analyse des processus de décisions publiques et des relations entre les gouvernements locaux et l’État— la protection du patrimoine culturel, le fédéralisme, les politiques urbaines —, il se tourne dès le milieu des années 1990 vers l’analyse des conflits environnementaux et les rapports entre conflits, décisions publiques, participation et délibération. Il est devenu professeur associé de l’Université de Turin en 2000 puis professeur titulaire en 2005. Enseignant sur ces questions, Luigi Bobbio a consacré de nombreux ouvrages à la participation des citoyens, la démocratie délibérative et l'analyse de décisions publiques, dans une optique qui croisait théorie politique, sociologie politique et expérimentations concrètes.

Cette optique de recherche fut particulièrement riche dans ces quinze dernières années, Luigi Bobbio conduisant une exploration systématique de différents formats de délibération citoyenne, en pilotant directement l’organisation de multiples dispositifs, depuis des négociations multi-acteurs (sur l’incinérateur de Turin en 2002), des jurys citoyens (sur des scénarios de circulation à Turin et d'autres villes italiennes en 2006 ; ou sur le fédéralisme lors de la deuxième édition de la Biennale de la démocratie en 2011, à Turin, Florence et Lamezia Terme) jusqu’au débat public à la française (sur un projet de contournement autoroutier à Gênes, en 2009), en passant par les sondages délibératifs (en 2007 à Turin sur le droit de vote des étrangers et sur le projet ferroviaire à grande vitesse Turin-Lyon) ou les town meetings (débat national sur le « testament biologique » en 2009 pour la première édition de la Biennale de la démocratie) pour ne citer que quelques exemples les plus significatifs par leur portée politique. Luigi Bobbio a rendu compte et analysé toutes ces expériences dans des articles qui ont alimenté les discussions dans la communauté internationale de recherche sur la participation et la délibération.

Ce choix du croisement entre théorie et expérimentation, puisant dans la pratique venue du militantisme ou de l’enseignement en lycée, a marqué ses travaux les plus originaux et les plus profonds sur le plan théorique du sceau d’une compréhension fine des différentes situations où la participation des citoyens permettait de peser sur les décisions publiques. Luigi Bobbio s’est ainsi fermement engagé avec de nombreux acteurs de la participation pour produire des critères utilisables en situation pour différencier les dispositifs et leurs modalités de mise en œuvre afin de parvenir à de meilleures décisions publiques, à l’amélioration de la démocratie par la participation accrue des citoyens. Ce choix d’une science impliquée n’a cependant pas toujours été compris dans sa discipline académique.

Francophile, Luigi Bobbio avait noué de riches collaborations avec l’autre côté des Alpes. Il était depuis l’origine membre du Conseil scientifique du Gis Démocratie et Participation et participait activement à ses activités. Il a été discutant dans toutes les Journées doctorales depuis 2009 (http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1854/), il avait présenté un papier remarqué au Colloque de juin 2011 sur le tournant délibératif (voir son papier à http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/373), discuté au Congrès de 2011 la conférence d’Yves Sintomer (voir la vidéo à http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/866 - sb), présenté un de ses derniers ouvrages aux Jeudis du Gis en 2015, codirigé un n° de Participations (http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/2058/)… Il avait présidé le jury du premier prix de thèse de la CNDP et du Gis en 2015 (http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1975/), dont l’ouvrage vient de sortir aux Éditions de la MSH (http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/2341/).

Il avait également été membre de la Commission d’évaluation de la conférence de citoyens organisée par la CNDP sur le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires, en 2013-2014 (https://www.debatpublic.fr/conference-citoyens-projet-cigeo).

D’une grande humanité, il était unanimement apprécié par ses pairs, par les jeunes chercheurs et par les praticiens. Nous voulons nous souvenir de lui tant pour ses qualités intellectuelles que pour ses qualités humaines : une bonté chaleureuse, une ironie bienveillante, une bonne humeur communicative et une élégance naturelle. Il nous manque déjà beaucoup.

Le Gis Démocratie et Participationrendra hommage à Luigi Bobbio, à l’homme et à son œuvre, lors de ses prochaines journées doctorales, le 12 janvier prochain à Tours (http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/2331/).

Quoi de neuf ?

Le CGDD accompagne le déploiement de la réforme du dialogue environnemental  (ordonnance du 21 avril et du 3 août 2016) d’un module de formation en ligne gratuite et ouvert à tous (Massive Online Open Course - MOOC), en partenariat avec la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) et le Centre national de Fonction Publique Territoriale  (CNFPT).

Cette formation, d’une durée de 5 semaines, équivalente chacune à un minimum de 2 heures de travail personnel, débutera le lundi 15 mai 2017.

Elle a pour objectif de faire découvrir les principes et les modalités de la participation du public dans le champ environnemental et leur mise en œuvre opérationnelle.

Chaque séance comprend des vidéos explicatives, des témoignages, des fiches de connaissances, une fiche de synthèse, une bibliographie, ainsi qu’un QCM.

Une inscription est nécessaire pour suivre cette formation. Vous trouverez ci dessous le lien pour s’inscrire dès maintenant :
https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/cours-en-ligne-sur-participatio...

Il suffit pour cela de :

  1. créer un compte FUN MOOC via l’onglet « inscription » : https://www.fun-mooc.fr/register
  2. sélectionner le cours sur « la participation du public dans le champ environnemental » à partir de la page « tous les cours », ou aller directement sur le lien du cours : https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:CNFPT+87006+session01
Le point sur…

Charte de la participation du public

Comment donner un nouvel élan à la démocratie participative sur le terrain ? Au-delà du volet législatif, des mesures d’accompagnement et de sensibilisation des acteurs, il s’agit de créer un outil pratique d’incitation à la mise en œuvre exemplaire de la participation, de nature non juridique et d’application volontaire, un guide de bonne pratique en matière de participation du public.

La Charte de la participation du public est publiée

C’est pourquoi le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer a lancé en novembre 2015 un projet de Charte de la participation du public. La Charte de la participation du public est maintenant publiée par la ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer (le 11 octobre 2016). La rédaction de la Charte résulte d’un processus ouvert d’élaboration, avec un Comité de pilotage rassemblant l’ensemble des parties prenantes, et une période de consultation du public sur une première version du texte, en mai et juin 2016, afin de permettre la contribution de toutes et tous.

Soucieux d’être exemplaire en matière de participation du public, le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer s’engage à appliquer la charte de la participation du public, pour les projets, dont il assure la maîtrise d’ouvrage (voir le communiqué de presse, dans lequel la ministre décrit l’engagement du Ministère à appliquer la charte de la participation).

La démarche d’adhésion à la Charte de la participation du public est lancée.

Le 14 décembre 2016, la ministre a réuni les premiers adhérents à la Charte. Nous vous encourageons donc vivement à y adhérer en tant que porteur de projet, association, acteur de la participation ou simple citoyen désireux de promouvoir les valeurs et principes qu’elle porte.

>>>>>Télécharger la Charte de la participation

>>>>>Les résultats de la consultation du public

 

Le GIS est domicilé à la
20, Avenue George Sand
93210 La Plaine Saint-Denis
Tél. 01.55.93. 93.45 / 93.00
et son site est hébergé par