ouvrage Ouvrage

Aux bords de l'irréversible

 
 
 

Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Éditions Petra, « Pragmatismes »

2017

648 p.

35 €

 

 

Du changement climatique au terrorisme, la carte des risques a subi, en quelques décennies, une série de reconfigurations majeures, et l’on ne compte plus les discours qui alertent contre des menaces globales. En suivant les dynamiques à l’oeuvre dans les dossiers sanitaires, environnementaux et technologiques, cet ouvrage esquisse un modèle de transformation qui rompt avec le catastrophisme au profit de trois dimensions fondamentales de l’action et du jugement : la portée critique des modèles d’évaluation et de régulation ; la fabrique des scénarios et des visions du futur ; la créativité des milieux en interactions.

En explorant de multiples figures de l’irréversibilité, les auteurs montrent comment des bifurcations ou des alternatives germent au coeur de processus critiques dont la destination n’est jamais totalement déterminée par avance. Des espaces de possibles ou des ouvertures d’avenir prennent corps dans la manière dont s’élaborent, en contexte, les prises individuelles et collectives sur le monde. Avec un regard à la fois pragmatique et critique, les auteurs réinterrogent les stratégies de résistance ou de déplacement face à des formes de gouvernement dont l’hégémonie est fortement contestée.

En restituant l’histoire mouvementée de grandes alertes et controverses, comme la pollution de l’air, le nucléaire, les OGM ou les nanotechnologies, l’ouvrage opère un retour réflexif sur les sociologies contemporaines, ici réévaluées à l’aune du pragmatisme. Une des questions concerne les jeux d’échelles permettant de saisir, dans leur complexité, des processus critiques apparemment interminables. Comment articuler l’analyse des dispositifs publics et la description des activités pratiques, où se jouent la production et l’ancrage des savoirs et des valeurs ?

Sommaire

INTRODUCTION

Première partie : COSMOPOLITIQUES DES INDÉPENDANCES

1 – La puissance d’expression des prédicateurs de l’Anthropocène

  1. Qui est « nous » ? Opérateur d’universalité et sujet collectif
  2. Les forges d’une prophétie globale
  3. Il manquait les effondrologues ou collapsologues
  4. Les vertus critiques de l’approche pragmatique

2 – L’institutionnalisation du catastrophisme et la difficile hiérarchisation des risques

  1. Le futur (proche) de la planète selon le programme des Nations Unies pour l’environnement
  2. La fabrique des indicateurs environnementaux de l’Agence européenne pour l’environnement
  3. L’ANSES et la prolifération des objets d’alerte
  4. Cinq logiques épistémiques
  5. Éthiques de responsabilité et inégalités environnementales

3 – Risques globaux et politiques de l’incertitude

  1. Une quête d’axiomatique autonome toujours déçue
  2. Climat et biodiversité : d’une matrice l’autre
  3. Retour sur les modèles d’évaluation des risques
  4. Quatre formes d’organisation de l’expertise en régime d’incertitude chronique
  5. De l’incertitude à la preuve : axiomatique autonome, ordre conventionnel et recoupement

4 – Scénarisation des possibles et constructions des futurs

  1. Prévoir, c’est encore essayer de gouverner
  2. Le futur augmenté des nanotechnologies
  3. L’activité visionnaire et l’ouverture aux possibles
  4. Régimes d’énonciation et visions du futur
  5. La science-fiction, un laboratoire ouvert pour la pensée des futurs
  6. De l’éthique à la praxéologie du futur ?
  7. Les gaz de schiste et les controverses sur les futurs énergétiques

Deuxième partie : SOCIO-BALISTIQUE DES PROCESSUS COMPLEXES

5 – De la fécondité d’une démarche casuistique

  1. Emportée par les flux, une logique d’enquête sous tension
  2. Transformer la prolifération des événements et des discours en dispositif cognitif collectif
  3. Une casuistique ouverte fondée sur une pragmatique du rebondissement
  4. Un observatoire socio-informatique des controverses en tâche de fond
  5. Identifier des propriétés marquantes distribuées dans la multiplicité des dynamiques publiques

6 – Logiques de responsabilité et luttes d’influence

  1. Amiante : l’ère des procès

    1.1. L’enlisement des plaintes françaises
    1.2. Ne jamais clore un processus à la place des acteurs : une leçon d’immobilisme à la tour Montparnasse
  2. Le prix du dévoilement : un bref retour sur l’affaire du Mediator
  3. Le conflit d’intérêts permanent
  4. Du dévoilement à la sociologie de l’emprise

7 – Technosciences en conflits

  1. Événements de rupture et micro-déplacements dans le dossier nucléaire

    1.1. Une histoire politique du corium qui croise une anthropologie cognitive du magma
    1.2. Faibles doses de radioactivité : des dégâts toujours invisibles ?
    1.3. Polyphonie autour des thyroïdes corses
    1.4. Un précédent gênant pour EDF
  2. Des nanomatériaux en quête de régulation

    2.1. Quatre façons de faire diverger la convergence
    2.2. Les risques sanitaires dans la mise en débat des nanotechnologies
    2.3. « Débattre, c’est déjà accepter » ?
    2.4. Des nano-objets en quête de définition
    2.5. Nanotoxicologie, une régulation plus adaptée ?
  3. L’effet boomerang, ou comment l’affaire Séralini fit renaître la guerre des OGM
  4. Des rebonds éternels : de la biologie de synthèse à CRISPR/Cas9

Intermezzo : DES CONTROVERSES AUX MILIEUX EN INTERACTIONS

Troisième partie : MILIEUX EN INTERACTIONS ET FORMES DE VIE

8 – Bioturbulences en tout genre

  1. Des pesticides envisagés comme bombes à retardement et à fragmentation

    1.1. La mise en politique des pesticides
    1.2. Pesticides et travailleurs agricoles
    1.3. Le basculement du printemps 2015 : et si le CIRC avait déjà écrit la fin de l’histoire ?
    1.4. Un agrégat de cancers pédiatriques dans le Sauternais
  2. Les abeilles à l’heure de l’hécatombe

    2.1. La ronde incessante des neurotoxiques
    2.2. De la multicausalité comme source de rebond d’une controverse
  3. Perturbateurs endocriniens et faibles doses : une guerre asymétrique contre une armée de molécules

    3.1. L’avènement d’un autre paradigme
    3.2. Ôtez donc ces perturbateurs de nos cosmétiques !
    3.3. Les effets cocktail
    3.4. Vers une toxicologie combinatoire
    3.5. Les effets en profondeur de l’affaire du bisphénol

9 – Éloge de l’hypersensibilité : émotion, perception et vigilance

  1. Les électro-hypersensibles dans les controverses autour des ondes
  2. Le souffle court de la régulation différée de la pollution de l’air

    2.1. Les ethnographes sont de sortie, sans leurs masques
    2.2. Pic et pic et sociodrame : comment la pollution de l’air est retournée en politique
    2.3. Du blocage inertiel à la réouverture des possibles
    2.4. Tous responsables mais aucun coupable ?
    2.5. Changer de filtres à lobbying
  3. De la mise en rapport continue des affects et des percepts

    3.1. Mobiles invisibles
    3.2. Recouper les intuitions, socialiser les interprétations
  4. De la veille en présence à l’absence programmée, ou comment la vigilance ouverte cède le pas au « tout sécuritaire »

    4.1. La vigilance comme forme de présence au monde
    4.2. La vigilance comme technologie fermée de surveillance
    4.3. La vigilance de tous et de chacun, mot d’ordre des pouvoirs
    4.4. La vigilance citoyenne comme activité critique et technologie ouverte

10 – Enquêtes en milieux estuariens

  1. Une mésologie des changements globaux
  2. Faire l’expérience des risques systémiques : bref rapport d’immersion dans l’estuaire de la Gironde
  3. Plongée en milieu turbide
  4. Des précédents qui ont marqué le nucléaire en zones côtières
  5. La centrale du Blayais dans les collimateurs
  6. Trait de côte et adaptation aux changements climatiques
  7. Les digues de la discorde
  8. Le département, la bonne échelle des enjeux d’aménagement autour de l’eau
  9. Confluence des risques : des installations Seveso II sur le bec d’Ambès
  10. L’« amiante de la vigne »
  11. Les cagouilles du Médoc
  12. La créativité locale naît des frictions, s’en nourrit et en engendre d’autres
  13. Milieux en interactions et résilience

Quatrième partie : PRAGMATIQUE DE L’INCOMPLÉTUDE

11 – Six sociologies en quête d’acteurs

  1. Ce que reconfigurer veut dire
  2. Du choc des représentations aux milieux en interactions

12 – Contingence et radicalité : où l’on relie la fédération des causes à l’émergence des micro-mondes

  1. La pragmatique des transformations et la critique du capitalisme
  2. Sept péchés du capitalisme
  3. Par-delà l’infra-politique et la prolifération des causes : les communs
  4. Des communs à l’écologie politique et la justice environnementale
  5. Faire l’expérience de la radicalité, ou la sociogenèse des micro-mondes
  6. Micro-monde et contre-anthropocène
  7. Des mondes sociaux radicalement contingents
  8. Créer des arènes de silence

CONCLUSION GÉNÉRALE

Auteurs et appartenances institutionnelles

Francis Chateauraynaud, sociologue, est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, où il dirige le Groupe de sociologie pragmatique et réflexive.

Josquin Debaz, historien des sciences, est ingénieur de recherche au Groupe de sociologie pragmatique et réflexive de l'EHESS.

Références bibliographiques ou publications associées

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Aux bords de l'irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris Petra, 2017.

Date de publication ou de début de la recherche
30 Junio 2017